EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Accueillis à Paris, les réfugiés ukrainiens espèrent rentrer chez eux le plus tôt possible

dddd
dddd Tous droits réservés ALAIN JOCARD/AFP or licensors
Tous droits réservés ALAIN JOCARD/AFP or licensors
Par Stephane HamalianEuronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Entre 300 et 500 personnes passent chaque jour dans ce nouveau centre parisien dédié aux réfugiés fuyant l'Ukraine.

PUBLICITÉ

Un centre d'accueil pour déplacés de guerre ukrainiens a ouvert ses portes mercredi à Paris. L'installation permet de faire face aux flux d'arrivées et d'offrir à ces personnes, qui ont tout quitté, le confort nécessaire.

"L'idée c'est tout d'abord de leur donner accès à l'hygiène, de leur donner accès à la nourriture, et de leur donner accès à un lieu de repos. Le nombre de nuits passées sur ce dispositif ne doit pas excéder deux nuits maximum" explique Nordin Sedkaoui, directeur du secteur Paris de l'association Coallia.

Plus de 400 lits de camp ont été mis en place, avec pour objectif de remplir quotidiennement le centre "au maximum de sa capacité et le lendemain de le vider pour pouvoir accueillir de nouvelles personnes" poursuit-il.

L'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii) y a ouvert huit guichets pour délivrer des autorisations provisoires de séjour. Environ 250 titres sont accordés chaque jour. Sur place, l'écrasante majorité des Ukrainiens veulent rentrer dès que le conflit se terminera.

"Bien sûr, nous voulons y retourner dès que possible, car c'est notre maison, c'est notre foyer. Nos vies sont restées là-bas, donc j'espère que ce sera bientôt" confie Natalya Volkova, une artiste maquilleuse qui a fui son pays.

Alors que la France a déjà répertorié 20 000 déplacés ukrainiens sur son territoire, ce centre voit arriver quotidiennement entre 300 et 500 personnes qui passent une à deux nuits avant d'être redirigés vers des hébergements plus pérennes. Certains choisissent de poursuivre leur route en province, d'autres ont pour objectif d'aller dans d'autres pays.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le stade de Varsovie transformé en centre d'accueil pour réfugiés

La Hongrie s'organise pour prendre en charge les réfugiés

Emmanuel Macron va-t-il annoncer l'envoi d'instructeurs français en Ukraine ?