This content is not available in your region

Camping dans le désert, poterie et boutres : des traditions toujours actuelles au Qatar

Par Miranda Atty & Scheherazade Gaffoor
euronews_icons_loading
Q365
Q365   -   Tous droits réservés  euronews

Le Qatar conserve des traditions anciennes qui restent visibles dans la culture la plus actuelle, du camping dans le désert en hiver aux boutres autrefois utilisés pour la récolte des perles. Des initiatives sont prises pour les moderniser et inviter toute une nouvelle génération de touristes et de locaux à les découvrir.

Camper en plein désert

Tous les hivers, des milliers de Qataris quittent les villes les week-ends pour une escapade dans le désert. Le gouvernement définit une saison de camping et les attributions de permis et de nombreux locaux installent leur habitation temporaire dans les dunes. Selon Jassim Almohammed, adepte du camping, cette tradition séculaire donne l'opportunité de se remémorer le passé bédouin du pays.

"Quand on remonte dans l'histoire, il faut rappeler que nos ancêtres vivaient sous des tentes," fait-il remarquer. "Nous venons tous les week-ends pour camper dans cet endroit," dit-il.

euronews
Jassim Almohammed avec ses amis sur son campement d'hivereuronews

Les campings sont équipés de salons d'extérieur, de terrains de volley-ball et de cuisines fonctionnelles. Pour Abdulrahman Almulla, c'est l'occasion de rafraîchir des compétences essentielles : "Nous apprenons l'autonomie, nous pratiquons nos hobbies et nous dépendons de nous-mêmes pour la cuisine," souligne-t-il.

Glamping 5 étoiles

Pour ceux qui recherchent un confort d'un niveau supérieur, le Regency Camp Sealine veut offrir un service 5 étoiles en plein cœur du désert.

"Au départ, il s'agissait simplement d'un campement qatari classique ; par la suite, pour répondre à la demande des clients, nous nous sommes développés et nous avons créé un service plus sophistiqué. Nous avons essayé de mêler l'hospitalité arabe traditionnelle et les prestations d'hébergement modernes," précise Zemri Dauti, directeur du Camp.

Moderniser l'art ancestral de la poterie

Autre tradition qui connaît un renouveau au Qatar : la poterie. Hameed Al Qahtani, fondateur du populaire studio qatari Ceramic Cube, considère sa structure "comme un lieu d'incubation pour tous ceux qui sont intéressés ou qui cherchent à apprendre cet artisanat traditionnel." Le studio propose des ateliers, des matériaux et des pièces sur-mesure.

"Notre rêve, c'est que nous éliminions l'empreinte carbone de la production de masse de céramiques en faisant appel à toutes les personnes créatives de notre communauté, que ce soit au Qatar, dans les pays du Golfe ou en Europe pour remplacer toutes ces céramiques produites en masse par quelque chose qui a une âme et qui est fait à la main," fait-il remarquer.

Le renouveau des boutres

Au XIXe siècle, la récolte des perles était une activité importante au Qatar. Jusque dans les années 1940, ce commerce représentait une part importante de l'économie et employait près de la moitié de la population. Les plongeurs sillonnaient l'océan à bord de voiliers appelés boutres.

Ancien plongeur et vendeur de perles, Ibrahem Abdullah nous explique comment les perles sont triées, sélectionnées et finalement estimées. "Le vendeur de perles rassemble les perles, les trie et les classe selon leur taille [grâce à un tamis], il vérifie si elles sont toutes en bon état, puis il utilise une balance pour peser les perles et enfin, il décide du prix," précise-t-il. "Bien sûr, les grosses perles ont une plus grande valeur," renchérit-il.

DAVID HARDING / AFP
Un boutre traditionnel utilisé autrefois pour la récolte des perlesDAVID HARDING / AFP

Autrefois, les plongeurs en quête de perles embarquaient à bord de boutres lors de sorties en mer qui pouvaient durer des mois. À la clé : la promesse de bijoux étincelants et de richesse.

Aujourd'hui, ces bateaux traditionnels sont loués par les touristes et les habitants de la région qui veulent se reconnecter avec l'histoire, mais aussi profiter d'une journée de voile dans le golfe Persique.

La récolte des perles n'est plus une source principale de revenus. Mais il est clair que l'océan, la pêche et bien sûr, les boutres eux-mêmes occupent toujours une place de choix dans la culture du Qatar.