Guerre en Ukraine : Moscou accentue la pression à Kharkiv, l’armée ukrainienne résiste

Dégâts causés par la guerre dans la région de Kharkiv à l'est de l'Ukraine
Dégâts causés par la guerre dans la région de Kharkiv à l'est de l'Ukraine Tous droits réservés SERGEY BOBOK/AFP or licensors
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À l'est de l'Ukraine, les forces russes poursuivent leur offensive à Kharkiv, mais l'armée ukrainienne accentue ses efforts pour reprendre le contrôle de la région.

PUBLICITÉ

À l'est de l'Ukraine, les forces russes poursuivent leur offensive dans la région de Kharkiv.

Cette région située à la frontière russe, ravagée par la guerre a été partiellement occupée, mais Kyiv accentue ses efforts pour reprendre le contrôle .

Selon le ministère américain de la Défense, une contre-offensive ukrainienne a repoussé en début de semaine les forces russes à environ 40 km à l’est de la ville de Kharkiv (la capitale de la région).

Une région ravagée par la guerre

Mais les conséquences de la guerre sont très lourdes. Comme dans la petite ville de Zolochiv où les habitants ont commencé à recenser les dégâts causés par le conflit. 

Dans cette commune d'environ 8000 habitants, plus de 700 maisons et bâtiments ont été détruits lors des affrontements.

euronews
Les dégâts causés par la guerre à Zolochiv (région de Kharkiv)euronews

L'aide humanitaire de Moscou

De son côté, le ministère russe de la Défense a indiqué vendredi que Moscou avait fourni de l’aide humanitaire dans la région de Kharkiv.

Bien qu'elle compte de très nombreux russophones, Kharkiv, la deuxième plus grande ville ukrainienne, n'est toujours pas tombée sous le contrôle de Moscou.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Avant le 9 mai, Kyiv redoute l'assaut russe contre les derniers combattants assiégés à Marioupol

Ukraine : la guerre va faire chuter la production de blé d'un tiers, selon une étude

Cessez-le-feu de trois jours pour évacuer les civils d'Azovstal