This content is not available in your region

Chaos estival dans les aéroports

Access to the comments Discussion
Par Raphaele Tavernier  avec Agences
euronews_icons_loading
Chaos estival dans les aéroports
Chaos estival dans les aéroports   -   Tous droits réservés  Alberto Pezzali/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved

À l’aéroport de Budapest, en Hongrie, malgré certains retards d’avion, le trafic de passager est plutôt fluide et les performances restent bien meilleures que dans d’autres terminaux européens. Mais en Hongrie, comme ailleurs dans le monde, la crise du Covid-19 a très fortement impacté le secteur aérien. Ce dernier compte 2,3 millions de travailleurs de moins qu'en 2019 et la main-d'œuvre restante fait de plus en plus souvent grève pour obtenir des augmentations de salaire.

"Nous sommes notamment confrontés aux défis des sociétés d'assistance en escale. Elles sont toutes partenaires des compagnies aériennes. Ce sont elles qui s'occupent de l'enregistrement, de l'embarquement et du traitement des bagages, entre autres choses. C’est le cas ici en Hongrie, mais surtout à l'international, où la pénurie de main-d'œuvre est très importante. Surtout concernant les bagagistes. Et bien sûr, si vous n'avez personne pour entretenir l'avion, il aura du retard", explique Katalin Valentínyi, directrice de la communication de l'aéroport de Budapest.

Depuis la levée des restrictions sanitaires, dans de nombreux pays, les transporteurs ont bien du mal à répondre à une demande en forte hausse. Recruter reste la principale difficulté. La situation est notamment très chaotique au Royaume-Uni et pas seulement à cause de la pandémie.

"La situation est bien pire au Royaume-Uni, à cause de la politique stupide du Brexit. Là-bas, ils ne peuvent plus recruter de jeunes Européens pour faire le travail que les Britanniques ne veulent pas faire. Je pense donc que les aéroports britanniques continueront à manquer de personnel et que nous souffrirons encore de nombreux retards dans le contrôle du trafic aérien et dans les aéroports", analyse Michael O'Leary, le PDG de Ryanair .

À Paris, la situation semble à peu près sous contrôle pour le moment. Les employés des aéroports parisiens ont voté vendredi matin la levée de leur préavis de grève après avoir obtenu des revalorisations salariales, in extremis avant le début de l'affluence des grands départs en vacances.