Cet article n'est pas disponible depuis votre région

La Slovaquie divisée sur l'envoi d'armes à l'Ukraine

Access to the comments Discussion
Par Euronews
Le ministre slovaque de la Défense Jaroslav Nad' interrogé par Euronews.
Le ministre slovaque de la Défense Jaroslav Nad' interrogé par Euronews.   -   Tous droits réservés  Euronews

Depuis le début de l'invasion russe, la Slovaquie a livré de l'artillerie et de la défense aérienne à l'Ukraine. Elle envisage désormais de transférer plusieurs avions de combat à son voisin. Des mesures qui ne font pas l’unanimité dans le pays. Selon un sondage, seulement la moitié des Slovaques soutiennent ces livraisons d’armes.

Parmi les pays membres de l’Union européenne de l’est de l’Europe, la Slovaquie est celui dans lequel le sentiment pro-russe est le plus développé. Un tiers de ses habitants voient la Russie comme un partenaire stratégique et les États-Unis comme un danger.

"La propagande russe fait tout pour influencer la population afin d'arrêter ou de bloquer tout envoi d’armes à l'Ukraine, explique le ministre slovaque de la Défense, Jaroslav Nad'. Mais notre gouvernement est déterminé à continuer sur cette voie. Nous pensons que les Ukrainiens méritent d’être aidés. Nous comprenons très bien ce que signifie l'occupation pour eux".

Le ministre slovaque de la Défense a prévu de livrer prochainement des avions de combat MIG-29 à l'Ukraine, en échange d’une compensation de 300 millions d'euros.

Sur les réseaux sociaux, où les fake news pullulent, certains affirment qu’avec cette livraison, Bratislava déclarerait la guerre à Moscou. Malgré plusieurs démentis des autorités, de nombreux Slovaques font d’avantage confiance aux informations venant de Russie.

C'est ce que constate la chercheuse du GLOBSEC Dominika Hadju :"Les Slovaques ne développent pas assez la pensée critique, ce qui les rend naturellement plus vulnérables à la désinformation et aux théories du complot".

La question de savoir si la Slovaquie enverra des armes en Ukraine, et combien, ne dépend pas seulement de l'état d'esprit de la population. La crise actuelle de la coalition au sein du gouvernement slovaque pourrait également faire basculer certaines décisions.