This content is not available in your region

Les nouvelles dimensions de la scène artistique de Hong Kong

Par Chris Burns
euronews_icons_loading
Spotlight
Spotlight   -   Tous droits réservés  euronews

Forte de sa culture présente et passée et de nouveaux lieux pour la mettre en valeur, Hong Kong, hub asiatique et mondial en plein essor, est en train de devenir un must pour les artistes et les amateurs d'art.  La ville s'est récemment dotée de nouvelles attractions culturelles comme le M+, fleuron du quartier culturel de West Kowloon. Ce musée qui en fait toujours plus pour les arts visuels a des airs de ruche depuis son ouverture.

La ruche du M+

Malgré les restrictions liées au Covid, il a accueilli "plus d'un million de visiteurs depuis que nous avons ouvert en novembre dernier," précise sa directrice Suhanya Raffel. "Notre musée incarne notre ambition," poursuit-elle, "que ce soit au travers de l'immense écran LED qui donne sur l'île de Hong Kong ou dans la manière dont le public fréquente nos cinémas, notre centre de formation ou simplement, découvre nos collections."

Parmi les réalisations présentées, le travail d'Ellen Pau, une artiste reconnue installée à Hong Kong, intitulé "The Shape of Light" qui a été projeté sur l'écran LED ornant la façade de l'institution et était également visible en ligne.

Nalin Malani et M+
"Shape of Light" d'Ellen Pau exposé sur la façade du M+Nalin Malani et M+

Musée du Palais de Hong Kong

Autre lieu qui a récemment ouvert ses portes : le Musée du Palais de Hong Kong qui expose des œuvres de l'institution éponyme de Pékin. "Pour la première fois, Hong Kong dispose," indique son directeur Louis Ng, "d'un musée de classe mondiale sur l'art traditionnel chinois en exposant de manière permanente, des trésors artistiques nationaux prêtés par le Musée du Palais."

L'une de ses expositions temporaires - "Le dialogue entre le design contemporain et l'artisanat traditionnel" - regroupe selon lui, "tous les joyaux de la collection du Musée du Palais" en matière de savoir-faire et de design.

L'une des pièces exposées est une glacière fabriquée au XVIIIe siècle pendant la dynastie Qing en est une illustration. "C'est le résultat d'un magnifique travail du métal," fait remarquer Louis Ng. "L'empereur faisait collecter de la glace pendant l'hiver et elle était conservée dans des chambres froides ; ensuite, l'été, on découpait la glace pour la mettre dans ces glacières richement décorées," explique-t-il.

euronews
Une glacière fabriquée au XVIIIe siècle pendant la dynastie Qing exposée au Musée du Palais de Hong Kongeuronews

Oi! Un terrain d'expérimentations

Parmi les nouvelles attractions, figure aussi le quartier d'art réaménagé d'Oil Street qui accueille des artistes émergents. Le projet s'appelle Oi!

"Oi! C'est comme dire bonjour, se saluer les uns les autres," déclare Lesley Lau, sa directrice du bureau de la promotion de l'art. "Nous voulons donner l'image d'un espace jeune et plein d'énergie pour les jeunes artistes et pour la communauté," renchérit-elle.

Pour Lesley Lau, c'est un endroit où les artistes peuvent se lancer et s'épanouir. "L'écosystème de l'art et de la culture à Hong Kong s'est beaucoup développé et diversifié ces dernières années," estime-t-elle avant d'ajouter : "Concernant Oi!, au sein de cet écosystème, je pense qu'il joue le rôle d'incubateur pour les jeunes artistes de Hong Kong."

Le projet intègre des conservateurs invités comme Cheung Yung qui à leur tour, contactent des artistes locaux pour qu'ils exposent à Oil Street."Nous avons invité six artistes à venir tester leurs idées," fait-elle savoir. "Oi! donne aux artistes locaux, l'opportunité de développer leurs idées et concepts librement car ils n'ont pas la pression de devoir vendre leurs œuvres, donc ils peuvent beaucoup expérimenter au sein d'Oi!" se félicite-t-elle.

euronews
Œuvres végétales tournantes présentées dans le cadre du projet Oi! dans le quartier d'Oil Streeteuronews

Une nouvelle qualité de vie

Ce n'étaient que quelques exemples de la scène artistique de Hong Kong qui est en pleine évolution. Cela va au-delà de l'art et contribue à améliorer la qualité de vie de cette ville bouillonnante selon Suhanya Raffel, directrice du M+.

"Le quartier culturel de West Kowloon apporte quelque chose de substantiel," souligne-t-elle, "car nos institutions culturelles se situent dans un parc et cette quête du bien-être, en particulier au sortir d'une pandémie, est plus importante que jamais. C'est un endroit pour faire une pause, se reposer, se relaxer, apprendre, se divertir et relever des défis," estime-t-elle.

Journaliste • Chris Burns