PUBLICITÉ

La reine Elizabeth et l'Europe, amour et turbulences

La reine Elizabeth II lors d'une visite dans la ville de Poundbury dans le sud-est de l'Angleterre - 27.10.2016
La reine Elizabeth II lors d'une visite dans la ville de Poundbury dans le sud-est de l'Angleterre - 27.10.2016 Tous droits rĂ©servĂ©s JUSTIN TALLIS/AFP
Tous droits rĂ©servĂ©s JUSTIN TALLIS/AFP
Par Valentine Hullin
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

đŸ‡ȘđŸ‡ș Elle a Ă©tĂ© pendant des dĂ©cennies le tĂ©moin privilĂ©giĂ© de la construction europĂ©enne. La reine Elizabeth II s'est Ă©teinte ce jeudi Ă  96 ans. Quelle relation avait-elle avec l'Europe ?

PUBLICITÉ

Elle avait tout juste 25 ans en 1951 lors de la crĂ©ation de la CommunautĂ© europĂ©enne du charbon et de l’acier, premiĂšre pierre de l’édifice europĂ©en. Depuis, Elizabeth II est aux premiĂšres loges de la construction de l'Union europĂ©enne. Retour sur une relation entre la reine et l’Europe faite de respect, tumultes et d'inconnues.

Le Royaume-Uni rentre officiellement dans la CommunautĂ© Ă©conomique europĂ©enne (CEE) le 1er janvier 1973. Quelques mois avant, en mai 1972, la reine Elizabeth se rend Ă  Paris. C’est alors la deuxiĂšme visite officielle de la souveraine dans l’Hexagone. Elle prend la parole, en français, au palais de l’ElysĂ©e devant le prĂ©sident Georges Pompidou.

AFP
La reine Elisabeth II and le président français de l'époque Georges Pompidou devant le palais de l'Elysée lors d'une visite d'Etat - 19.05.1972AFP

"Une bonne part du destin de l’Europe a coulĂ© Ă  travers Londres et Paris, comme y coule la Tamise et la Seine", dĂ©clare-t-elle. Elle poursuit : "je ne doute pas que ces deux grandes citĂ©s diffĂ©rentes par bien des aspects mais qui sont attachĂ©es aux mĂȘmes valeurs et partagent les mĂȘmes espĂ©rances, continueront toujours Ă  exercer leur influence sur l’orientation et les caractĂšres duprogrĂšs europĂ©en". 

"Notre famille européenne"

Elizabeth II est aussi au rendez-vous de l'histoire européenne en 1992, trois mois aprÚs de la signature du traité de Maastricht qui entérine la création de l'Union européenne. Le 12 mai, elle atterrit sur le tarmac de l'aéroport de Strasbourg-Entzheim (nord-est de la France), dans son tailleur "bleu Europe". Quelques heures plus tard, elle monte à la tribune de l'hémicycle du Parlement européen et prononce un discours ouvertement pro européen. 

Elle cite tour Ă  tour deux des pĂšres fondateurs de l'UE, l'ancien Premier ministre britannique Winston Churchill et Jean Monnet, prĂ©sident français du Conseil. Elle insiste "nous essayons tous de prĂ©server la riche diversitĂ© des pays europĂ©ens. Car si cette diversitĂ© venait Ă  ĂȘtre supprimĂ©e, nous affaiblirons l’Europe au lieu de la renforcer », avant de conclure "nous construisons ensemble, notre famille europĂ©enne"

Prise de parole de la reine devant le Parlement européen à Strasbourg le 12 mai 1992

Brexit et devoir de neutralité

Année aprÚs année, la reine se tient à son devoir constitutionnel de neutralité auquel elle est soumise. Sujets nationaux ou européens, elle garde toujours ses distances avec les débats et polémiques qui agitent le Vieux continent.

Pourtant en mars 2016, alors que le Royaume-Uni se déchire à propos du Brexit, The Sun, tabloïd notoirement eurosceptique, remet en doute cette sacro-sainte neutralité. Le journal décrit une scÚne datant de 2011 lors d'un déjeuner au chùteau de Windsor. La souveraine aurait alors confié à ses convives que l'UE se dirigeait "dans le mauvais sens". 

La réaction de Buckingham Palace est immédiate. « La reine reste neutre sur le plan politique, comme c'est le cas depuis 63 ans, déclare alors un porte-parole du palais royal. Nous ne commentons pas des ragots fallacieux basés sur des sources anonymes."

JOHN MACDOUGALL/AFP
La reine Elizabeth II lors de sa visite Ă  Berlin en 2015JOHN MACDOUGALL/AFP

Le chapeau de discorde

Était-elle favorable Ă  la sortie du Royaume-Uni de l'Union europĂ©enne ? Les camps pro et anti-Brexit n'ont pas cessĂ© de rechercher des indices pour Ă©lucider le mystĂšre, et ce jusque dans ses tenues et ses couvre-chefs. 

Lors de son discours d'ouverture du Parlement en juin 2017, Elizabeth II arbore un chapeau bleu, orné de fleurs jaunes. Il n'en fallait pas plus pour que certains internautes et commentateurs y voient un hommage déguisé à l'Europe. 

En 2019, sa styliste Angela Kelly met fin aux spéculations en expliquant, dans un livre, qu'il s'agissait d'un pur hasard. Simple coïncidence ou message subliminal, le mystÚre reste entier, encore à ce jour...

Partager cet articleDiscussion

À dĂ©couvrir Ă©galement

Le cercueil d'Elizabeth II est exposĂ© dans la cathĂ©drale Saint-Gilles d'Édimbourg

Le cercueil d'Elizabeth II est au palais d'Holyroodhouse Ă  Edimbourg

Quand Elizabeth II venait en visite d'Etat en France, de 1958 Ă  2014