Cet article n'est pas disponible depuis votre région

Contre-offensive ukrainienne : dans les territoires libérés, les plaies sont vives

Access to the comments Discussion
Par Euronews  avec AFP
Des bâtiments en ruine
Des bâtiments en ruine   -   Tous droits réservés  AP   -  

Alors que la contre-offensive ukrainienne se poursuit dans la région de Kharkiv, Kiev a mis au jour à Vovchansk une nouvelle chambre de torture utilisée par l'armée russe jusqu'à sa fuite forcée.

La police y a retrouvé des instruments de décharge électrique et des inscriptions laissées sur les murs par les prisonniers. Une quinzaine de salles de ce type auraient été découvertes depuis la reconquête des territoires ukrainiens.

Plus au sud, l'armée de Kiev affirme avoir sécurisé les deux rives de la ville de Koupiansk et pourrait prochainement s'emparer la cité stratégique de Lyman près de Sloviansk.

Kiev accuse Moscou de continuer à bombarder des bâtiments civils, y compris à des dizaines de kilomètres de la ligne de front, notamment à Dnipro où deux enfants ont péri. Une habitante témoigne :

"Ils avaient huit et douze ans. Toute la famille vivait déjà des moments difficiles, car les grands-parents et un fils avaient été tués récemment."

"C'est effrayant et triste que des civils soient tués de cette façon. Très triste."

Dans les territoires libérés, les traumatismes demeures profonds pour les habitants qui vivent toujours sous la menace de bombardements, alors que la frontière russe n'est qu'à quelques dizaines de kilomètres de là. Kiev dit avoir abattu jeudi un drone suicide iranien dans la région de Soumy, au nord de Kharkiv.