La grève chez TotalEnergies s'essouffle : deux sites poursuivent le mouvement

La raffinerie de Donges, dans l'ouest de la France avec un drapeau de la CGT en premier plan.
La raffinerie de Donges, dans l'ouest de la France avec un drapeau de la CGT en premier plan. Tous droits réservés LOIC VENANCE/AFP or licensors
Par Camille Pauvarel
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Trois sites du pétrolier français ont annoncé la fin de leur blocage mercredi 19 octobre.

PUBLICITÉ

En France, la grève dans les raffineries de TotalEnergies s'essouffle. Ce mercredi 19 octobre, trois sites ont repris leurs activités, celui de "Flandres" dans le Nord près de Dunkerque, celui de la Mède dans les Bouches-du-Rhône et le troisième à Donges, dans l'ouest de la France.

Quelques jours avant le début des vacances scolaires de la Toussaint, la pression sur le mouvement est à son comble. Initié le 27 septembre, il a provoqué d'importantes difficultés d'approvisionnement en carburant. Forcé de réagir face à l'exaspération des particuliers et professionnels, le gouvernement a réquisitionné personnel et raffineries à plusieurs reprises. Selon, ses données, environ 20% des stations-services de l'hexagone étaient toujours en manque d’essence ou de diesel mercredi .

Un accord entre la direction et les salariés du groupe a été conclu vendredi dernier mais non-signataire, la CGT voulait maintenir la pression pour obtenir une augmentation des salaires supérieure à la hausse général de 5% prévus. Insistant sur l'inflation et les bons résultats de TotalEnergies qui a engrangé 5,7 milliards de dollars au deuxième trimestre 2022. 

Critiqué pour sa rémunération à sept chiffres, le PDG du groupe a publié le 18 octobre, l'évolution de son salaire pensant pouvoir apaiser les esprits.

Cette publication a au contraire plutôt suscité l'indignation de beaucoup dont plusieurs membres de la gauche française.

Pour le moment, le mouvement social a été reconduit à la raffinerie de Gonfreville (Seine-Maritime) et au dépôt de Feyzin (Rhône), mais il "est suspendu partout ailleurs", a indiqué à l'AFP Eric Sellini, coordinateur national de la CGT pour TotalEnergies.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Accord sur une augmentation salariale chez TotalEnergies, sauf pour la CGT qui continue la grève

France : malgré un projet d'accord, la grève est reconduite chez TotalEnergies

France : TotalEnergies visé par une plainte pour complicité de crimes de guerre en Ukraine