Cet article n'est pas disponible depuis votre région

L'UE pourra continuer d'exporter des pesticides toxiques à l'étranger

Access to the comments Discussion
Par Margaux Racaniere
Des pesticides en train d'être répandus sur un champ de blé dans le village de Moga au Punjab, en Inde - Mars 2021
Des pesticides en train d'être répandus sur un champ de blé dans le village de Moga au Punjab, en Inde - Mars 2021   -   Tous droits réservés  Manish Swarup/ AP   -  

Ce mardi 18 octobre, la Commission européenne a dévoilé son plan de route pour l'année 2023. Au programme, une révision du règlement REACH sur les produits toxiques nocifs en Europe, pesticides et perturbateurs endocriniens. Une initiative qui était à l'origine prévue pour fin 2022, puis printemps 2023 et désormais pour le dernier trimestre 2023. 

Mais un aspect de la réglementation manque selon l'ONG Corporate Europe Observatory. La Commission avait en effet promis de mettre fin aux deux poids deux mesures dans l'Union européenne (UE) : des pesticides interdits sur le sol européen continuaient d'être exportés vers d'autres pays.  

Contactée par Euronews, l'eurodéputée écologiste Michèle Rivasi se dit "abasourdie" par la décision. Elle est l'auteure d'une lettre ouverte signée par 60 autres députés européens en 2021 pour demander à la Commission d'interdire l'exportation de ces produits toxiques depuis l'UE. "La Commission s'était engagée, et elle ne fait rien. Au final, c'est le lobby de la chimie qui gagne" déplore-t-elle. 

Quelle quantité de pesticides l'UE exporte-t-elle ? Et où vont ces produits ?

D'après l'Atlas des pesticides 2022, un rapport annuel réalisé par la fondation politique allemande écologiste Heinrich Böll Stiftung, l'ONG les Amis de la Terre et le Pesticide Action Network (PAN), l'Europe est le plus grand exportateur mondial de pesticides. En 2018, le continent aurait exporté pour une valeur de 5,8 millions d'euros de produits phytosanitaires.

Une enquête de l'ONG suisse Public Eye montre qu'en 2018, les pays membres auraient approuvé l'exportation de 81 615 tonnes de pesticides contenant des substances bannies dans l'UE.

"Le Brésil, l’Ukraine, le Maroc, le Mexique et l’Afrique du Sud figurent parmi les dix principaux importateurs de pesticides interdits « Made in Europe »", rapporte l'association. 

L'Atlas 2022 des pesticides rappelle par ailleurs que 385 millions de personnes tombent malades chaque année à cause des pesticides. 

Quels pesticides sont concernés ?

En tout 41 types de pesticides interdits dans l'UE seraient exportés dans d'autres pays. En voici quelques exemples : 

  • Le Paraquat, un herbicide lié au développement de la maladie de Parkinson (ANSES), interdit depuis 2007 sur décision du Tribunal des Communautés européennes.
  • Le dichloropropène, pesticide "sauveteur de carottes" interdit depuis 2009 par l'UE car jugé "peut-être cancérigène pour l'Homme" par l'INSERM.
Santiago Mejia/ San Francisco Chronicle
Le dichloropropène a fait l'objet de plusieurs demandes d'usage exceptionnel pour protéger les champs de carottes d'un ver parasite, le nématodeSantiago Mejia/ San Francisco Chronicle
  • L'Atrazine , un herbicide banni pour sa "toxicité" en cas d'inhalation ou d'ingestion, interdit dans l'UE depuis 2003.
  • Plusieurs néonicotinoïdes, insecticides reconnus pour nuire aux populations d'abeilles

Qui interdit déjà l'export de pesticides ?

La France interdit la production, le stockage et la circulation de ceux qui contiennent des substances actives interdites dans l'UE, dans le cadre de sa loi sur l'alimentation (EGalim, votée en 2018) entrée en vigueur en janvier 2022.

"Les États-membres comme la France qui bannissent déjà ces exports devraient faire pression pour que l'UE mette en place cette mesure" estime Nina Holland de l'ONG Corporate Europe Observatory.

La Belgique et l'Allemagne travaillent sur des textes similaires. 

Les engagements de l'Union européenne en matière de pesticides

Dans le cadre de son plan "De la ferme à l'assiette", l'Union européenne s'est engagée à réduire de 50% l'utilisation des pesticides les plus dangereux d'ici à 2030. Elle a également proposé une interdiction des pesticides dans les espaces sensibles comme les parcs publics, les stades de sport et les espaces protégés Natura 2000.

En octobre 2022, une Initiative Citoyenne Européenne (ICE, un type de pétition prévu par les institutions européennes) a recueilli un million de signatures, soit le pallier minimum pour pouvoir la présenter devant la Commission européenne. Intitulée "Save bees and farmers", elle est plus ambitieuse et envisage une réduction de 80% de l'usage des pesticides de synthèse sur le territoire européen. 

Si les ICE n'ont pas de valeur contraignante, la présentation du projet devant la Commission prévue pour dans six mois devrait permettre de redonner de la visibilité à la question des pesticides.