PUBLICITÉ

Ukraine : le froid s'installe et l'ONU s'inquiète du sort des déplacés

La milice populaire de la région de Donetsk sous contrôle russe réparent un char T-72 endommagé lors des combats dans le Donetsk le 28 novembre.
La milice populaire de la région de Donetsk sous contrôle russe réparent un char T-72 endommagé lors des combats dans le Donetsk le 28 novembre. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Camille Pauvarel
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Coordonnatrice des opérations humanitaires en Ukraine s’est rendue à Kherson et Mykolaïv pour évaluer la situation humanitaire dans ces deux villes, rencontrer les autorités et suivre la réponse apportée par les organisations humanitaires.

PUBLICITÉ

Des centaines de personnes ont ces derniers jours fui les combats à Kherson et les Nations Unies s'inquiètent de leur sort. Des coupures massives d'eau et d'électricité minent toujours le pays et l'hiver s'installe. Suite à la visite de la coordonnatrice des opérations humanitaires, Denise Brown, dans le sud de l'Ukraine, le porte-parole du secrétaire général de l'ONU a évoqué le cas de Mykolaïv, à une centaine de kilomètres au nord de Kherson.

"La situation reste critique et la ville continue d'accueillir des personnes en provenance de Kherson, ce qui est une tendance depuis le début de l'invasion russe en Ukraine.", a déclaré Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres mardi 28 novembre.

Selon le président d'Energoatom, la compagnie nationale de production nucléaire d'Ukraine, les Russes pourraient être en train de se préparer à quitter la centrale de Zaporijjia. Une information démentie par Moscou qui affirmeque la centrale est toujours sous son contrôle et le restera. "Il ne faut pas chercher de signes quand il n'y en a pas et qu'il ne peut pas y en avoir.", a indiqué Dmitri Peskov à la presse russe.

Bien plus au nord, dans la capitale Kyiv, les résidents ont en moyenne quatre heures d'électricité par jour. Les autorités ont installé des points de chauffage temporaires pour un repas chaud et pour recharger les téléphones.

Dans l'est, les habitants de la ville assiégée de Bakhmout restent sans chauffage, sans électricité et sans eau alors que la température oscille autour de 0.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Solidarité : l'ONU lance à appel aux dons record pour 2023

Les Ukrainiens cherchent des solutions pour se chauffer en prévision de l'hiver

Guerre en Ukraine : la situation au 28 novembre, cartes à l'appui