EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La Commission européenne envisage un neuvième paquet de sanctions contre la Russie

La présidente de la Commission européenne
La présidente de la Commission européenne Tous droits réservés Jean-Francois Badias/AP
Tous droits réservés Jean-Francois Badias/AP
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'Union européenne veut rallonger sa liste noire, créée en 2014 après l'annexion de la Crimée, qui concerne déjà 1241 individus et 118 entités. Pour les intéressés, cela entraîne un gel des avoirs et une interdiction d'entrée sur le territoire de l'UE.

PUBLICITÉ

Un neuvième paquet de sanctions à venir contre la Russie, si les 27 l'approuvent à l'unanimité. L'Union européenne veut rallonger sa liste noire, créée en 2014 après l'annexion de la Crimée, qui concerne déjà 1 241 individus et 118 entités.

Pour les intéressés, cela entraîne un gel des avoirs et une interdiction d'entrée sur le territoire de l'UE.

Il s'agit, selon Mme von der Leyen, de personnes jouant un rôle clé dans les "frappes de missiles russes" contre les civils, "l'enlèvement d'enfants Ukrainiens emmenés en Russie" ou "les vols de produits agricoles ukrainiens".

"Tout d'abord, nous proposons d'ajouter près de 200 personnes et entités supplémentaires à notre liste de sanctions, a déclaré Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne. Cela inclut les forces armées russes, ainsi que des officiers et des entreprises industrielles de défense, mais aussi des membres de la Douma et du Conseil de la Fédération, des ministres, des gouverneurs et des partis politiques."

 La Commission européenne a d'autres projets : sanctionner de nouvelles banques russes, interdire l'exportation directe de drones vers la Russie, ou encore suspendre de nouveaux médias russes considérés comme propagandistes.   La présidente de l'exécutif européen recommande enfin d'imposer "de nouveaux contrôles et de nouvelles restrictions à l'exportation" pour des biens à double usage, civil et militaire, qui pourraient être utilisés par l'armée russe. Il s'agirait de plusieurs substances chimiques, d'agents neurotoxiques, de composants électroniques et informatiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Zelensky à Bruxelles pour des accords de sécurité avec des alliés occidentaux

Grand débat électoral avant les européennes : ce qu'en ont pensé les primo-votants

Le réseau social Tik Tok visé par une enquête de la commission européenne