La guerre et l'hiver : les combats des Ukrainiens

Des habitants de Borodyanka en plein hiver, 13 décembre 2022
Des habitants de Borodyanka en plein hiver, 13 décembre 2022 Tous droits réservés AP Photo/Andrew Kravchenko
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon Kyiv, 40% des installations nationales essentielles sont aujourd'hui endommagées. De quoi forcer des millions d'Ukrainiens à vivre quotidiennement dans le noir et dans le froid, entre coupures de courant répétées et absence de chauffage.

PUBLICITÉ

Alors que la guerre en Ukraine se poursuit sur plusieurs fronts, les civils doivent également faire face aux conditions difficiles de l'hiver. Kyiv et l'Occident accusent Moscou "d'utiliser l'hiver comme une arme" de guerre.

Selon les autorités ukrainiennes, 40% des installations nationales essentielles sont aujourd'hui endommagées. De quoi forcer des millions d'Ukrainiens à vivre quotidiennement dans le noir et dans le froid, entre coupures de courant répétées et absence de chauffage.

_"J'allume le chauffage électrique et ce petit radiateur. Mais ce n'est pas suffisant, celui-ci est en partie cassé et dégage à peine de la chaleur._Pour dormir, nous nous couvrons avec plusieurs couvertures", nous explique Hanna Reznikova, une résidente de Borodyanka. 

Depuis plusieurs semaines les combats font rage à Bakhmout, dans l’est de l’Ukraine. C'est aujourd'hui le front le plus actif et le plus violent de la guerre.

Les habitants, qui sont restés malgré les bombardements, doivent aussi survivre sans électricité, et sans chauffage. "On m'avait promis une nouvelle chaudière pour le chauffage, mais je ne l'ai jamais eu. Comment survivre quand il fait si froid dans la maison ?", dit Irina qui tente de survivre à Bakhmout. 

Kyiv obtient plus d'un milliard d'euros de dons pour passer l'hiver

Pour faire face à l'hiver, Kyiv réclamait plus de moyens à l'Occident. Ce mardi, la conférence internationale de soutien à l'Ukraine, organisée à Paris, a permis d'engranger plus d'un milliard d'euros de dons pour aider la population à passer l'hiver dans un pays aux infrastructures ravagées par les attaques russes.

"Je suis heureuse de vous annoncer que nous dépassons" les 800 millions d'euros d'aide d'urgence réclamés mardi par le président ukrainien Volodymyr Zelensky à l'ouverture de la réunion, s'est réjouie la ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, aux côtés du Premier ministre ukrainien Denys Chmygal.

Avec cela, "notre pays ne sombrera pas dans le noir", s'est réjoui ce dernier, se félicitant du "signal puissant" de soutien à l'Ukraine du "monde civilisé".

Cette réunion de plus de 70 délégations d'Etats ou d'organisations a été montée pour permettre à l'Ukraine de passer l'hiver et contrer les effets de la récente stratégie russe consistant à frapper les infrastructures, notamment énergétiques, pour accabler la population à l'approche de l'hiver.

Sur le milliard d'euros annoncé mardi, 415 millions seront alloués au secteur de l'énergie, 25 millions à celui de l'eau, 38 millions iront à l'alimentation, 17 millions à la santé, 22 aux transports, le reste, soit près de 493 millions d'euros, n'étant pas encore ventilé, a précisé la ministre française.

Reconstruction

Après la réunion du matin, plus de 700 représentants d'entreprises se sont retrouvés au ministère des Finances pour une rencontre sur les futurs marchés de la reconstruction de l'Ukraine.

"La France entend jouer un rôle décisif dans la reconstruction de l'Ukraine", a insisté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire après la signature de différents accords, notamment sur la fourniture de 150 kilomètres de rail, de ponts flottants et de semences par des entreprises françaises et allemandes, avec des financements trouvés par la France.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

A Paris, deux sommets pour soutenir l’Ukraine à court et long terme

L'UE sanctionne plusieurs personnalités iraniennes et renouvelle son soutien à l'Ukraine

L'activité russe à Adiivka "s'est considérablement ralentie" depuis la prise de la ville