Un câble sous la mer Noire pour acheminer vers l'Europe l'électricité venue d'Azerbaïdjan

La présidente de la Commission européenne avec les chefs de gouvernement de la Roumanie, de la Hongrie, de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan, à Bucarest, le 17 décembre 2022.
La présidente de la Commission européenne avec les chefs de gouvernement de la Roumanie, de la Hongrie, de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan, à Bucarest, le 17 décembre 2022. Tous droits réservés AP
Par Euronews avec EFE
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un accord a été signé ce samedi à Bucarest par la Roumanie, la Hongrie, la Géorgie et l'Azerbaïdjan, en présence de la présidente de la Commission européenne.

PUBLICITÉ

Les chefs de gouvernement de la Roumanie, de la Hongrie, de la Géorgie et de l'Azerbaïdjan ont signé ce samedi à Bucarest, en présence de la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, un accord portant sur la construction d'un câble sous-marin destiné à alimenter l'Europe en électricité depuis l'Azerbaïdjan.

"Il nous relierait aux deux rives de la mer Noire et s'étendrait au-delà, à la région de la mer Caspienne", a déclaré M. von der Leyen, ajoutant que le câble, sur lequel la Géorgie mène une étude de faisabilité, servirait à la fois au transfert d'énergie et aux communications numériques.

M. von der Leyen a souligné que l'électricité que l'Union européenne importera d'Azerbaïdjan dans le cadre de ce projet sera de l'énergie produite de manière propre, et servira à la fois à contribuer à la décarbonisation et à réduire la dépendance vis-à-vis de la Russie.

Selon le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, l'Azerbaïdjan produit actuellement 27 gigawatts d'énergie éolienne et solaire, et développe des projets qui devraient augmenter cette capacité de 4 gigawatts d'ici à la fin 2027.

"C'est une étape vers la création d'un corridor pour l'énergie verte", a déclaré le président de la puissance productrice de gaz naturel, qui a augmenté ses exportations de gaz naturel vers l'Europe ces dernières années.

À l'heure actuelle, plus de 90 % de l'électricité azerbaïdjanaise provient de combustibles fossiles et 7 % de l'hydroélectricité, l'énergie éolienne et solaire ne représentant que 0,5 %, mais Bakou a l'intention de stimuler ce secteur.

Selon M. von der Leyen et le président roumain Klaus Iohannis, le câble sous-marin profitera également à la République de Moldavie et à l'Ukraine, dont la sécurité énergétique a été compromise par les coupures d'électricité de Gazprom et les bombardements russes sur le réseau ukrainien.

M. von der Leyen a également déclaré que le projet ferait de la Géorgie, pays aspirant à rejoindre l'UE, un point d'interconnexion énergétique régional qui l'intégrerait au marché européen de l'électricité.

"C'est un signe de notre volonté politique claire de rapprocher le Caucase du Sud de l'UE", a déclaré M. von der Leyen, qui a ajouté : "Aujourd'hui, nous pouvons dire que les deux rives de la mer Noire n'ont jamais été aussi proches."

Selon la présidence roumaine, qui a accueilli la signature de l'accord, le projet vise à "consolider la sécurité énergétique" dans la région et à "diversifier les sources d'approvisionnement" en exploitant le "potentiel de production d'énergie renouvelable" dans la mer Caspienne.

"L'accord intergouvernemental quadripartite fournira un cadre financier et technique pour la réalisation du projet de câble sous-marin entre la Roumanie et l'Azerbaïdjan via la Géorgie et la mer Noire et pour son transport ultérieur vers la Hongrie et le reste de l'Europe", a ajouté la présidence roumaine.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Plafonnement des prix du gaz : l'Europe des Vingt-sept toujours pas d'accord

Les 27 se mettent d'accord sur un plafonnement des prix du pétrole russe

Des agriculteurs manifestent à Bruxelles