EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Brésil : "les défis qui attendent Lula sont énormes"

A g. : le président brésilien Lula - A dr. Anelise Borges, journaliste d'euronews, au Brésil, le 01/01/2023
A g. : le président brésilien Lula - A dr. Anelise Borges, journaliste d'euronews, au Brésil, le 01/01/2023 Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Au premier jour de son troisième mandat, Lula annule plusieurs mesures phare de droite de son prédécesseur, notamment celle qui facilitait l'accès aux armes

PUBLICITÉ

Jair Bolsonaro n'a pas respecté la tradition, le président brésilien sortant a quitté le pays et refusé de remettre l'écharpe qui symbolise la transmission démocratique du pouvoir dans son pays.

Lula a confié la tâche à Eni Souza, une salariée du secteur du ramassage des déchets ménagers.

Dès le premier jour de son troisième mandat, le nouveau président brésilien a signé plusieurs décrets pour annuler certaines des mesures phare de son prédécesseur.

Luiz Inacio Lula da Silva, président du Brésil : "Nous abrogeons les décrets étendant l'accès aux armes et aux munitions qui ont causé tant d'insécurité et tant de mal aux familles brésiliennes."

Lula est apparu ému et des sanglots ont interrompu plusieurs fois son discours d'investiture.

De retour à la tête du Brésil à 77 ans, l'ancien ouvrier métallurgiste a promis de gouverner pour tous les Brésiliens et pas seulement ceux qui ont voté pour lui.

Lula s'est par ailleurs engagé à lutter contre "toutes les formes d'inégalité" et en premier lieu, contre la faim qu'il considère être le plus grave des crimes."

Parmi les premières mesures, Lula a investi 37 ministres, soit 14 de plus que dans le précédent gouvernement. Onze des membres de son gouvernement son des femmes.

Annelise Borges est l'envoyée spéciale d'Euronews au Brésil : "Les défis qui attendent Lula sont énormes. Non seulement le président brésilien devra reconstruire une économie en ruine, mais il devra également convaincre environ la moitié de l'électorat qui n'a pas voté pour lui et qui pense qu'il devrait être en prison et non au palais présidentiel, qu'il peut être leur chef aussi."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : le Brésil, aligné sur Moscou et Pékin ?

Emeutes au Brésil : les enquêteurs rendent leurs conclusions jeudi

Brésil : sécurité maximale pour l'investiture de Lula après une tentative d'attentat