Emeutes au Brésil : les enquêteurs rendent leurs conclusions jeudi

Beaucoup d’œuvres d'art portent encore les stigmates des émeutes de dimanche
Beaucoup d’œuvres d'art portent encore les stigmates des émeutes de dimanche   -   Tous droits réservés  кадр из видео
Par EURONEWS

L'une des toiles au 3e étage du Palais du Planalto compte plusieurs déchirures. Les stigmates des émeutes de dimanche. De nombreuses œuvres d'art, dont certaines estimées à plus d'un million de dollars ont été détruites. Comme cette pièce plusieurs œuvres dégradées par les manifestants vont servir à la constitution d'un mémorial.

"C'est un trésor artistique du peuple brésilien, qui appartient à la nation et dont l'intégrité doit être respectée. Ce sont des actes très irrespectueux, d'une violence profonde et ce mémorial doit le marquer.", assène la ministre de la Culture brésilienne.

Des multiples enquêtes

La police scientifique brésilienne a passé une journée ici à la Cour suprême du pays, mais aussi à l'intérieur de certains des autres bâtiments qui ont été pris d'assaut par les manifestants ce week-end. Dans la capitale, Brasilia, ils ont collecté des preuves matérielles qui seront ensuite combinées avec certaines des preuves numériques largement partagées en ligne par les manifestants eux-mêmes sur les réseaux sociaux.

Le ministre de la Justice du pays a déclaré que de multiples enquêtes ont été ouvertes, pour savoir qui a participé à ces attaques, mais aussi savoir qui a pu contribuer au financement de certaines de ces opérations, y compris, par exemple, le transport de certains des manifestants qui sont venus de différentes parties du pays, nous rapporte notre correspondante Anelise Borges.

Vers de nouveaux défis pour Lula

Des questions ont également été soulevées sur le rôle des forces de sécurité à Brasilia : pourquoi elles n'ont pas fait plus pour empêcher les émeutiers d'atteindre ces bâtiments au cœur de la capitale brésilienne ? De nombreux analystes politiques et sécuritaires se demandent si le président Lula da Silva a ou non le soutien des forces armées. Les défis qui l'attendent sont énormes. Il devra unir un pays profondément divisé pour tenter de parler à la moitié de l'électorat qui ne le considère peut-être pas comme son chef tout en rassemblant le soutien des institutions du côté de la démocratie.