Un jeune Américain, auteur d'une tuerie raciste, condamné à la prison à vie

Payton Gendron, 19 ans, avait plaidé coupable en novembre de meurtres racistes et acte de terrorisme devant la justice de l'Etat de New York.
Payton Gendron, 19 ans, avait plaidé coupable en novembre de meurtres racistes et acte de terrorisme devant la justice de l'Etat de New York. Tous droits réservés Derek Gee/Buffalo News/Copyright 2023. The Buffalo News
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un jeune suprémaciste blanc qui avait tué dix personnes noires en mai dans un supermarché de Buffalo, dans le nord des Etats-Unis, a été condamné mercredi à une peine incompressible de prison à vie à l'issue d'une audience ponctuée de cris de rage et de douleur.

PUBLICITÉ

Un jeune suprémaciste blanc qui avait tué dix personnes noires en mai dans un supermarché de Buffalo, dans le nord des Etats-Unis, a été condamné mercredi à une peine incompressible de prison à vie à l'issue d'une audience ponctuée de cris de rage et de douleur.

"Il ne peut y avoir aucune pitié pour vous." La juge Susan Eagan condamne Payton Gendron à la prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle.

Payton Gendron, 19 ans, avait plaidé coupable en novembre de meurtres racistes et acte de terrorisme devant la justice de l'Etat de New York et a comparu, pour la première fois, devant les proches de ses victimes.

Celles-ci, neuf mois après ce carnage qui a profondément choqué les Etats-Unis, ont laissé éclaté leur détresse -- un homme a même essayé de se jeter sur le jeune homme, provoquant une courte interruption d'audience.

Mais veuve, mère, fille ou oncle des personnes dont la vie a été fauchée dans le supermarché ont aussi lancé de vibrants appels à ne pas céder à la haine.

"On sait tous les mobiles de votre crime raciste, mais on est là pour vous dire que vous avez échoué", lui a lancé Simone Crawley, dont la grand-mère Ruth Whitfield est morte alors qu'elle faisait ses courses. "Malgré nos blessures, on ne vous laissera pas gagner cette guerre."

"Il n'y a pas de place pour vous ni pour votre idéologie imbécile, haineuse et malfaisante dans une société civilisée", a renchéri la juge Susan Eagan, après avoir longuement dénoncé le passé raciste des Etats-Unis.

"Il ne peut pas y avoir de pitié pour vous, pas de compréhension, pas de seconde chance", a-t-elle ajouté avant de prononcer la peine, incompressible: "Vous ne verrez plus jamais la lumière du jour comme un homme libre."

Dans une courte intervention, Payton Gendron a assuré être "désolé pour la douleur" qu'il a causée. "Je ne peux pas dire à quel point je regrette toutes les décisions qui m'ont conduit à faire une chose terrible le 14 mai, quand j'ai tiré et tué des gens juste parce qu'ils étaient noirs."

"Je croyais à des choses lues en ligne et j'ai agi par haine raciste", "je ne veux pas être une source d'inspiration pour qui que ce soit", a-t-il ajouté.

Manifeste raciste

Le 14 mai, après des mois de préparatifs, il s'était rendu dans un supermarché de Buffalo en tenue de combat, armé d'un fusil semi-automatique de type AR-15 et d'une caméra diffusant ses actes en direct sur internet.

Il avait progressé méthodiquement sur le parking puis dans le magasin, tirant sur les clients et les employés. Et avait fait dix morts, âgés de 32 à 86 ans, et trois blessés.

Dans ses messages et un manifeste raciste, suprémaciste et complotiste, Payton Gendron avait écrit, plusieurs mois avant le massacre, qu**'il voulait tuer des personnes noires** et qu'il visait un quartier pauvre et isolé de Buffalo en raison de sa forte proportion d'Afro-Américains.

Il avait aussi effectué un voyage de reconnaissance avant la tuerie à Buffalo, à 300 km au nord de son domicile.

Le carnage avait suscité la stupeur aux Etats-Unis, doublé dix jours plus tard par un autre massacre au fusil semi-automatique perpétré par un jeune homme de 18 ans, qui avait tué 19 enfants et deux enseignantes dans une école d'Uvalde, au Texas.

Ces tueries, dont la liste a continué de s'allonger depuis, ont relancé le débat récurrent sur un manque de régulation des armes à feu aux Etats-Unis. Le site Gun Violence Archive a déjà recensé, depuis le 1er janvier, six drames par armes à feu ayant fait au moins quatre morts, et 71 fusillades ayant fait au moins quatre blessés.

Les Etats-Unis autorisant les doubles poursuites, Payton Gendron est également inculpé de "crimes racistes" par la justice fédérale, qui n'a pas exclu à ce stade de requérir la peine de mort.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après Uvalde, Buffalo et Tulsa, Joe Biden appelle à interdire les fusils d'assaut

Fusillade de Buffalo : Joe Biden se rendra sur place mardi

New York touché par un séisme de magnitude 4,8