PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : le plan de paix de Pékin convainc Moscou, mais pas l'Occident

Le président chinois Xi Jinping en visite à Moscou
Le président chinois Xi Jinping en visite à Moscou Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Mais ce plan de paix en 12 points, qui ne condamne pas l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, n’a pas convaincu Kiyv et ses alliés. Pour Washington, la Chine ne peut prétendre être impartiale sur la question ukrainienne.

PUBLICITÉ

Le président chinois Xi Jinping était en Russie depuis lundi, pour offrir son soutien au Kremlin et présenter son "plan de paix" pour l’Ukraine.

Mais ce plan en 12 points, qui ne condamne pas l’invasion de l’Ukraine par les troupes russes, n’a pas convaincu Kiyv et ses alliés. Pour Washington, la Chine ne peut prétendre être impartiale sur la question ukrainienne.

"Pékin ne peut prétendre être impartiale"

"On ne peut pas raisonnablement considérer que la Chine soit impartiale" en ce qui concerne l'Ukraine, a dit mardi un porte-parole de la Maison Blanche, la critique américaine la plus directe à ce jour de la proposition de médiation chinoise dans le conflit.

Pékin "n'a pas condamné" l’invasion russe, "n'a pas arrêté d'acheter du pétrole russe" a dit John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche.

Il a par ailleurs accusé Pékin de "répercuter la propagande russe" sur le fait que la guerre en Ukraine serait le résultat d'une agression occidentale.

"Si la Chine veut jouer un rôle constructif dans ce conflit, elle doit faire pression sur la Russie pour qu'elle retire ses troupes d'Ukraine et du territoire souverain ukrainien. Ils devraient exhorter le président Poutine à cesser de bombarder les villes, les hôpitaux et les écoles, à mettre fin aux crimes de guerre et aux atrocités dès aujourd'hui, cela pourrait se produire maintenant", a dit John Kirby.

Soutien de Tokyo

Hasard du calendrier ? Alors que Xi Jinping montrait son soutien à Moscou, le Premier ministre japonais Fumio Kishida est arrivé mardi en Ukraine, où M. Zelensky a salué un "défenseur puissant de l'ordre international".

M. Kishida est en particulier allé dans la ville-martyre de Boutcha, près de Kyiv , où des soldats russes sont accusés d'avoir commis des atrocités lorsqu'ils l'occupaient, et a exprimé son "indignation".

M. Kishida était le seul des chefs d'Etat ou de gouvernement dans ce groupe de sept pays parmi les plus industrialisés de la planète à ne pas encore avoir effectué un voyage dans la capitale ukrainienne depuis le début du conflit en février 2022.

Au cours de la conférence de presse, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a dit avoir "invité" la Chine à faire partie du règlement du conflit et "attendre sa réponse", ajoutant "recevoir des signaux mais rien de concret".

Poutine et Xi célèbrent leur relation "spéciale" face aux Occidentaux

Vladimir Poutine et Xi Jinping ont loué mardi l'entrée dans une "nouvelle ère" de leur relation "spéciale" face aux Occidentaux. Vladimir Poutine a affirmé soutenir le plan chinois pour régler le conflit en Ukraine, tout en accusant Kyiv de le rejeter.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : Volodymyr Zelensky était en visite dans la région de Kherson ce jeudi

L'Ukraine plongée dans l'obscurité alors que la Russie s'attaque au réseau électrique

Guerre en Ukraine : les troupes russes gagnent du terrain