PUBLICITÉ

France : rebond de la mobilisation contre la réforme des retraites

Cortège de la manifestation contre la réforme des retraites à Rennes, le 23 mars 2023
Cortège de la manifestation contre la réforme des retraites à Rennes, le 23 mars 2023 Tous droits réservés Jeremias Gonzalez/AFP
Tous droits réservés Jeremias Gonzalez/AFP
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La France était au ralenti ce jeudi lors de la neuvième journée de grève et de manifestations contre la réforme des retraites.

PUBLICITÉ

La France a vécu une nouvelle journée de grève générale contre la réforme des retraites, la neuvième depuis le début de ce mouvement de contestation.

Selon le syndicat CGT, 3,5 millions de personnes ont manifesté dans tout le pays quand le ministère de l'Intérieur avance le chiffre de 1,08 million de manifestants.

C'est bien davantage que des précédentes journées de mobilisation avant l'adoption du texte au Parlement via l'article 49.3 puis le rejet des motions de censure contre le gouvernement.

L'intersyndicale a d'ores et déjà annoncé une nouvelle journée de manifestation pour le 28 mars, autrement dit mardi prochain. 

Ce mercredi, Emmanuel Macron avait pris la parole à la télévision pour assurer qu'il était prêt à endosser l'impopularité de son projet, qu'il espère mettre en œuvre à partir du dernier trimestre 2023.

De nombreux établissements scolaires ont été totalement ou partiellement bloqués, comme à Paris ou Marseille.

C’est d’ailleurs depuis cette grande ville du sud de la France que le leader d'extrême gauche Jean-Luc Mélenchon s’est exprimé pour défendre le droit de grève et de manifestation.

"L'État de droit conditionnel n'existe pas. Le seul État de droit, c'est celui des droits constitutionnels, à la liberté d'expression, liberté de manifestation, liberté de formuler son opposition, quand on s'oppose, à tout moment, dans les formes qui sont celles de la démocratie sociale et politique pacifique qui est la nôtre", a ainsi déclaré la figure de l'extrême gauche française dans la cité phocéenne  

La grève a été particulièrement suivie dans la fonction publique et dans les transports, où de nombreux trains ont été ainsi supprimés.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Retraites : l'Assemblée nationale rejette la motion de censure transpartisane à 9 voix près

Nouvelle-Calédonie : Emmanuel Macron se rend dans l'archipel français

Nouvelle-Calédonie : un sixième homme est mort dans des affrontements