PUBLICITÉ

Jeux de Paris 2024 : nager dans la Seine, l'objectif numéro 1

La mairie de Paris espère autoriser la baignade pour tous dans la seine à l'horizon 2025.
La mairie de Paris espère autoriser la baignade pour tous dans la seine à l'horizon 2025. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Cyril fourneris
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Cela fait 100 ans qu'il est interdit de se baigner dans la Seine en raison de la qualité de l'eau. Les pouvoirs publics ont donc décidé de mettre 1,4 milliard sur la table, pour changer cela d'ici les Jeux de Paris 2024. Reportage à Paris de Cyril Fourneris pour euronews.

PUBLICITÉ

À un peu plus d'un an des Jeux olympiques de Paris 2024, la Seine est au cœur de toutes les attentions.

Deux épreuves de nage doivent se disputer dans le fleuve, entre le Pont Alexandre III et la Tour Eiffel. Mais un problème subsiste, cela fait 100 ans qu'il est interdit de se baigner dans la Seine en raison de la qualité de l'eau. Les pouvoirs publics ont donc décidé de mettre 1,4 milliard sur la table, pour changer cela.

La priorité pour dépolluer la Seine est de résoudre le problème des eaux de pluie. Après chaque orage, elles font déborder les égouts dans le fleuve, via des déversoirs. Plusieurs chantiers sont en cours, comme un bassin de stockage d'un volume de 50 000 m3, sous le sol de Paris.

"L'objectif du bassin, c'est par le moyen d'un intercepteur, qui va intercepter les eaux de pluie avant déversement en Seine, de le remplir, et après la pluie, on le vide par un système de pompage jusqu'en station d'épuration. Ce sera des volumes d'eau polluée évités pour la Seine et parce que c'est une eau polluée de charge bactériologique, on va atteindre les critères sanitaires -non pas environnementaux, mais sanitaires - de baignabilité", explique Samuel Colin-Canivez, Responsable des grands travaux du réseau d'assainissement parisien.

Une directive européenne fixe la quantité de bactéries fécales maximale, un indicateur de la qualité de l'eau, pour une baignade sûre. Il y en a encore un peu trop dans la Seine, mais certains scientifiques restent optimistes.

"Je trouve qu'elle est plutôt assez bonne vu le nombre d'habitants sur le bassin de la Seine et vu la faiblesse du débit. Alors évidemment, on parle de bactéries fécales et il reste des travaux à faire encore. Il y a quelques produits chimiques, mais il y a eu des décennies où on ne s'occupait pas tellement de savoir si la qualité de la Seine était bonne. C'est seulement dans les années 1970 que les efforts ont été beaucoup plus grands. Et aujourd’hui on atteint presque cet état baignable", analyse Jean-Marie Mouchel, hydrologue, professeur à Sorbonne Université.

Des réflexions sont en cours sur le futur partage du fleuve, entre bateaux et baigneurs. Au moins une vingtaine de plages sont en projet dans la région.

La mairie espère autoriser la baignade pour tous à l'horizon 2025.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sécurité du Mondial de rugby : ne pas se louper à moins d'un an des JO

JO-2024 : le compte à rebours est lancé à Paris mais aussi à Marseille

JO 2024 : la promesse de Jeux "verts" ne convainc pas les experts