Ukraine : Moscou menace de mettre fin à l'accord permettant d'exporter les céréales ukrainiennes

Un employé roumain supervise le déchargement de céréales ukrainiennes d'une barge dans le port de la mer Noire de Constanta,
Un employé roumain supervise le déchargement de céréales ukrainiennes d'une barge dans le port de la mer Noire de Constanta, Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2022 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Moscou a menacé vendredi de remettre en cause l'accord permettant l'exportation des céréales ukrainiennes si rien n'est fait pour lever les obstacles aux exportations d'engrais et de produits alimentaires russes.

PUBLICITÉ

Moscou a menacé vendredi de remettre en cause l'accord permettant l'exportation des céréales ukrainiennes si rien n'est fait pour lever les obstacles aux exportations d'engrais et de produits alimentaires russes.

"S'il n'y a aucun progrès dans la levée des obstacles aux exportations d'engrais et de céréales russes, alors nous nous demanderons si cet accord est nécessaire", a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov, lors d'un déplacement à Ankara.

Sergueï Lavrov s'exprimait devant la presse à l'issue d'un entretien avec son homologue turc Mevlüt Cavusoglu, dont le pays s'est beaucoup investi dans la conclusion de cet accord l'été dernier.

"S'il n'y a aucun progrès dans la levée des obstacles aux exportations d'engrais et de céréales russes, alors nous nous demanderons si cet accord est nécessaire", a déclaré M. Lavrov.

L'accord, qui permet d'exporter les céréales ukrainiennes via la mer Noire malgré la guerre, a été prolongé le 19 mars.

Sergueïe Lavrov a également dénoncé l'inégalité des exportations ukrainiennes entre pays riches et pauvres.

Selon le Centre de coordination conjointe chargé de superviser l'accord international, 56 % des exportations étaient destinées aux pays en développement, et 5,7 % ont concerné les pays les moins avancés, qui totalisent plus de 12 % de la population mondiale.

Des négociations de paix sur l'Ukraine ne seront possibles que si elles visent à l'établissement d'un "nouvel ordre mondial" sans domination américaine
Sergueï Lavrov
Ministre russe des Affaires étrangères

"Nouvel ordre mondial"

La Russie et la Turquie agissent de concert dans plusieurs dossiers internationaux et Moscou avait fait valoir avant l'arrivée de M. Lavrov la nécessité de "synchroniser les montres" avec Ankara.

La Turquie est parvenue depuis le début du conflit à maintenir des relations avec l'Ukraine et la Russie et M. Cavusoglu a exprimé vendredi "son inquiétude (concernant) une escalade du conflit au printemps".

Mais, a prévenu M. Lavrov, des négociations de paix sur l'Ukraine ne seront possibles que si elles visent à l'établissement d'un "nouvel ordre mondial" sans domination américaine.

"Les négociations ne peuvent avoir lieu que sur la base de la prise en compte des intérêts russes", a-t-il insisté. "Il s'agit des principes sur lesquels seront fondés le nouvel ordre mondial".

La Russie entend promouvoir une réconciliation entre Ankara et son allié syrien et a convoqué plusieurs réunions, restées jusqu'ici sans résultat.

Le président syrien Bachar al-Assad a conditionné toute rencontre avec M. Erdogan à un retrait des forces turques présentes dans le nord de la Syrie pour prévenir les attaques kurdes.

Mais le porte-parole et conseiller diplomatique du président Erdogan, Ibrahim Kalin, a annoncé mercredi une prochaine réunion à Moscou des ministres des Affaires étrangères et de la Défense des deux pays, plus ceux de Russie et d'Iran.

Celle-ci aura lieu "dans les jours qui viennent" avec les chefs des renseignements des quatre pays, a précisé M. Kalin : ce dernier a d'ailleurs rencontré le président Poutine jeudi à Moscou, a annoncé le Kremlin.

"Le dialogue doit se poursuivre. Il serait bénéfique que les consultations se poursuivent de la même manière", a confirmé vendredi le ministre turc.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : la Russie suspend l'accord sur les exportations de céréales

L'interminable attente des familles des disparus en Ukraine

Kyiv dément que la prise d'Avdiivka a fait des "centaines" de prisonniers