PUBLICITÉ

Des Européens font le choix de l'autoconstruction pour réaliser leur rêve de devenir propriétaire

Des Européens font le choix de l'autoconstruction pour réaliser leur rêve de devenir propriétaire
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Adeline Percept
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Européens sont de plus en plus nombreux à décider de trouver des alternatives pour accéder à la propriété. Même novices, ils se mettent à l’autoconstruction.

PUBLICITÉ

Face aux multiples crises et à la flambée des prix, les Européens sont de plus en plus nombreux à décider de trouver des alternatives pour accéder à la propriété. Même novices, ils se mettent à l’autoconstruction.

Darren Chambon fait partie des neuf stagiaires qui apprennent la construction en paille et ossature bois à Mosnac-Saint-Simeux (Charente) chez André de Bouter, l’un des spécialistes en France. 

Darren pense pouvoir boucler son projet de maison pour 240 000 euros en la construisant lui-même avec l’aide ponctuelle d’artisans : “on arrive à faire ce qu’un constructeur nous propose, avec un prix inférieur de 30% au moins”

Adeline Percept
Stage avec André de Bouter à Mosnac-St-SimeuxAdeline Percept

Selon André de Bouter, le profil des autoconstructeurs a changé depuis le Covid-19. Auparavant marginal, le phénomène touche largement les classes moyennes “qui font le rêve d’un lieu autonome, résiliant et naturel.”

Ses stagiaires en autoconstruction sont tous très sensibles à la crise climatique. Ils sautent aussi le pas face aux problèmes d’accès à la propriété. Avec l’envolée des taux d’intérêt, 45% des demandes d’emprunts immobiliers ont été refusés ce mois de mars selon les chiffres avancés par les courtiers français.

Retour aux techniques ancestrales

Dans l’est de l’Europe, à Fegyvernek en Hongrie, István Bajnok et son épouse Kinga finalisent leur maison en terre crue, reprenant une technique ancestrale mise de côté pendant les années soviétiques.

István a passé tout l’été dernier à creuser la terre de son jardin, et à fabriquer des briques de ses mains, en mélangeant la terre à de l’eau et de la paille : _"j’en ai fait au total 17 500, avec une dizaine d'amis”,_explique-t-il fièrement devant sa maison qu’il vient récemment d’isoler à l’aide de roseaux. 

euronews Witness
István Bajnok a fabriqué plus de 17 000 briques avec ses amiseuronews Witness

Il ne manque que l’enduit à la chaux et la décoration intérieure afin de réaliser le rêve qu’il avait pour lui et ses trois enfants, malgré les difficultés du quotidien dans le pays d’Europe le plus fortement touché par l’inflation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les eurodéputés adoptent des nouvelles mesures pour décarboner les bâtiments

Pourquoi la réforme des retraites cristallise autant le mécontentement en France ?

Peter Magyar, le nouveau visage de l'opposition hongroise