PUBLICITÉ

Barrage de Kakhovka : une nappe d'eau contaminée redoutée en mer Noire

Carte des pays voisins de l'Ukraine et frontaliers de la mer Noire
Carte des pays voisins de l'Ukraine et frontaliers de la mer Noire Tous droits réservés graphique Euronews
Tous droits réservés graphique Euronews
Par euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En Roumanie et Bulgarie, les riverains du littoral redoutent l'arrivée prévue d'une immense vague d'eau contaminée par des débris toxiques en provenance d'Ukraine

PUBLICITÉ

La rupture du barrage de Kakhovka n'a pas seulement inondé des dizaines de villages et de villes sur les deux rives du Dniepr. Elle a également libéré des millions de tonnes d'eau qui s'écoulent vers la mer Noire, ainsi qu'une énorme quantité de débris, de sédiments, de pétrole et de boues contaminées par des pesticides.

Une gigantesque vague de sédiments se dirige ainsi vers les pays riverains et pourrait les toucher à l'approche de l'été. Florin Timofte est président du Conseil scientifique de l'Institut national de recherche et d'exploitation marine "Grigore Antipa" :

"Lorsque cette eau arrivera chargée de sédiments et de nutriments, elle atteindra la zone nord du littoral, l'embouchure du Danube" dit-il. "Ensuite, comme nous pouvons le voir également dans le cas du Danube, les sédiments sont transportés par les courants vers le sud de la côte. De même, l'eau contaminée de l'Ukraine viendra se mélanger à celle du Danube et descendra vers le sud de la côte. Ces nutriments vont stimuler les algues phytoplanctoniques, générer de l'eutrophisation, il y aura une diminution de la qualité des eaux de baignade, peut-être une diminution de la salinité. Nous aurons des eaux non transparentes, des eaux vertes ou brunes, en fonction des espèces qui proliféreront" explique le chercheur.

L'inquiétude de la population est évidente dans des pays comme la Roumanie, où certains réfléchissent déjà aux conséquences à long terme.

"Je pense que c'est un véritable désastre environnemental", réagit cet homme.

En Bulgarie voisine, l'Institut d'océanologie estime qu'il est peu probable que la vague d'eau contaminée atteigne des concentrations importantes sur ses côtes.  La contamination par des débris toxiques n'est pas le seul risque pour les pays côtiers. La gigantesque vague qui se dirige vers eux pourrait aussi charier des mines marines, mettant en danger les navires qui naviguent dans leurs eaux.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Faut-il réparer le réservoir de Kakhovka et la centrale hydroélectrique ?

Au moins six morts dans de nouvelles frappes russes en Ukraine

Norvège : touristes russes interdits d'entrée