EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La tension remonte entre la Serbie et le Kosovo, Pristina a bloqué la frontière aux véhicules serbes

Frontière entre la Serbie et le Kosovo
Frontière entre la Serbie et le Kosovo Tous droits réservés Euronews Serbie
Tous droits réservés Euronews Serbie
Par euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis l’arrestation de trois policiers kosovar par Belgrade, Pristina a bloqué la frontière aux véhicule venant de Serbie.

PUBLICITÉ

Les tensions entre la Serbie et le Kosovo sont de nouveau montées en flèche. Ce mercredi, trois policiers kosovars, soupçonnés d'être passés en Serbie, ont été arrêtés par la police serbe. Depuis, aucun véhicule serbe ne peut franchir la frontière.

La décision d'interdire l'importation de produits serbes fait suite à l'arrestation de trois policiers kosovars par la police serbe. Les autorités kosovares affirment qu'ils ont été enlevés sur le territoire du Kosovo, tandis que les autorités serbes affirment qu'ils ont été arrêtés au fin fond de la Serbie centrale.

Les transporteurs de marchandises des deux côtés sont les premières victimes collatérales de cette décision.

Le Kosovo exige le retour des policiers

Les autorités kosovares ont exigé jeudi le retour des trois policiers arrêtés et demandé l'aide de la communauté internationale pour obtenir leur libération.

Ce nouvel accès de fièvre entre Pristina et Belgrade survient après des semaines de tensions pendant lesquelles 30 soldats de la Kfor, la force emmenée par l'Otan au Kosovo, ont été blessés dans des heurts avec des manifestants serbes.

La Serbie, soutenue par ses alliés russe et chinois, n'a jamais reconnu l'indépendance proclamée en 2008 par son ex-province, une décennie après une guerre meurtrière entre forces serbes et rebelles indépendantistes Albanais.

Les tensions entre Belgrade et Pristina se sont accrues depuis l'intronisation en mai de maires albanais dans quatre villes du nord du Kosovo majoritairement serbe.

Ces édiles avaient été élus en avril au cours de municipales boycottées par les Serbes du Kosovo.

Appels à la désescalade

La France, l'Allemagne et les Etats-Unis ont appelé les deux parties à la désescalade tandis que Washington, le plus proche allié de Pristina, a dénoncé la décision du Kosovo sur les maires.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a demandé mercredi à Albin Kurti de prendre "des mesures pour une désescalade". "Dans le cas contraire, il y aura des conséquences politiques négatives".

Cela fait des années que les relations entre la Serbie et le Kosovo vont de crise en crise.

Environ 120 000 Serbes vivent au Kosovo, qui compte au total 1,8 million d'habitants, en grande majorité des Albanais kosovars.

De nombreux Serbes considèrent le Kosovo comme leur berceau national et religieux. La minorité serbe du Kosovo reste largement fidèle à Belgrade.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Tensions au Kosovo : Paris et Berlin appellent à de "nouvelles élections" dans quatre municipalités

Les efforts pour désamorcer la crise du Kosovo s'intensifient avec de nouvelles manifestations

L'Otan renforce la sécurité au Kosovo face à la colère de la minorité serbe