PUBLICITÉ

Guerre en Ukraine : Volodymyr Zelensky en Turquie à la veille du 500e jour de l'invasion russe

Tournée internationale de Volodymyr Zelensky, dernière étape, la Turquie
Tournée internationale de Volodymyr Zelensky, dernière étape, la Turquie Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, arrivé en début de soirée à Istanbul, a aussitôt rencontré son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, à quelques jours d'un important sommet de l'Otan.

PUBLICITÉ

Cette ultime étape d'une tournée internationale de M. Zelensky, qui vise à obtenir davantage d'armes occidentales et de soutien à l'ambition de Kiev de rejoindre l'Otan, est aussi sa première visite en Turquie depuis le début de la guerre avec la Russie en février 2022.

Mais les Etats-Unis ont déjà prévenu vendredi que l'Ukraine "ne rejoindra pas l'Otan" à l'issue du sommet de l'Alliance prévu mardi et mercredi à Vilnius, en Lituanie. Kiev "a encore de nombreuses étapes à franchir avant de pouvoir devenir membre" de l'Alliance atlantique, a déclaré le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan.

Outre le sommet, les discussions de M. Zelensky avec le président turc, qui entretient des liens étroits à la fois avec Kiev et Moscou, devraient se concentrer sur l'accord permettant d'exporter des céréales ukrainiennes à travers la mer Noire malgré la guerre.

L'accord céréalier conclu en juillet 2022 avec le parrainage des Nations unies et de la Turquie expire le 17 juillet et la Russie a déclaré ne voir aucune raison de le prolonger.

M. Zelensky a précisé dans un tweet que l'entretien porterait aussi sur "la reconstruction de l'Ukraine" et des "contrats de défense".

Le Kremlin a indiqué suivre "de très près" les discussions entre MM. Zelensky et Erdogan, promettant de maintenir un "partenariat constructif avec Ankara" et saluant le "rôle de médiateur" du président turc.

Selon des experts, Volodymyr Zelensky devrait aussi encourager son homologue turc à donner son feu vert à l'adhésion de la Suède à l'Alliance atlantique, les responsables de l'Otan espérant toujours convaincre Ankara de lever son veto à cette idée.

Vendredi, M. Erdogan a indiqué que la Turquie allait prendre "la meilleure décision, quelle qu'elle soit", concernant l'adhésion de la Suède.

Le président turc, qui reproche à la Suède sa mansuétude présumée envers des militants kurdes réfugiés sur son sol, s'est dit favorable à "la politique de la porte ouverte".

Mais, a-t-il enchaîné, "comment un État qui ne prend pas ses distances avec les organisations terroristes peut-il contribuer à l'Otan ?"

"Pas assez d'unité"

Avant Istanbul, le dirigeant ukrainien, vêtu de son polo kaki, est passé par la Slovaquie, la République tchèque et la Bulgarie.

A Bratislava, il a fustigé l'absence d'unité au sein de l'Otan sur la question des adhésions de la Suède et de l'Ukraine, estimant qu'elle menace la sécurité mondiale.

"Je pense qu'il n'y a pas assez d'unité dans ce domaine. Et c'est une menace pour la force de l'Alliance (...) C'est très important pour la sécurité du monde entier", a déclaré M. Zelensky lors d'une conférence de presse.

La Russie compte sur "la faiblesse et la désunion de l'Alliance", a-t-il souligné, demandant de nouveaux programmes d'aide militaire pour l'Ukraine.

Le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a organisé une rencontre entre les dirigeants turc et suédois dès lundi dans la capitale lituanienne.

Avant l'annonce américaine que l'Ukraine ne rejoindrait pas l'Otan à Vilnius, M. Stoltenberg avait espéré vendredi que l'entrée de Kiev dans l'Alliance serait confirmée lors du sommet par les 31 pays membres.

"Je m'attends à ce que nos dirigeants réaffirment que l'Ukraine deviendra membre de l'Otan et qu'ils s'unissent sur la manière de rapprocher l'Ukraine de son objectif", avait-il déclaré.

Armes à sous-munitions

Dans la matinée à Prague, M. Zelensky a de nouveau pressé les Occidentaux de lui livrer des armes de longue portée dont l'absence ralentit, selon lui, la contre-offensive ukrainienne en cours depuis un mois. Selon lui, ces livraisons ne dépendent que du feu vert des Etats-Unis.

PUBLICITÉ

Quelques heures plus tard, la Maison Blanche a annoncé que les Etats-Unis allaient fournir des armes à sous-munitions à l'Ukraine, franchissant un seuil important dans le type d'armements offerts à Kiev.

"C'est une décision difficile. On l'a différée" un certain temps, a déclaré à la presse le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, assurant que c'était "la bonne chose à faire" et que les Ukrainiens avaient garanti "par écrit" l'usage qu'ils feraient de ces armes pour minimiser "les risques posés aux civils".

Les armes à sous-munitions sont très controversées, car elle dispersent de nombreux petits explosifs dans un large rayon qui peuvent faire des victimes des années plus tard.

L'annonce américaine a révolté les organisations humanitaires, qui rappellent l'impact monstrueux de ces armes sur les civils.

Sur le terrain, l'armée ukrainienne a annoncé vendredi matin avoir abattu 12 drones explosifs sur 18 lancés par la Russie.

PUBLICITÉ

L'attaque a fait deux morts. Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi a fait état de "progrès" dans l'accès de l'agence à la centrale nucléaire de Zaporijjia occupée par la Russie dans le sud de l'Ukraine.

Moscou et Kiev s'accusent mutuellement depuis plusieurs jours d'une "provocation" imminente dans cette centrale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : le point sur le front, cartes à l'appui

Le sommet de l'Otan va "réaffirmer" que l'Ukraine deviendra membre de l'Alliance

Ankara et Athènes veulent surmonter leurs différends