EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Située entre la Russie et le Bélarus, la Lituanie renforce ses frontières

Des soldats lituaniens patrouillent sur une route près de la frontière entre la Lituanie et la Bélarus
Des soldats lituaniens patrouillent sur une route près de la frontière entre la Lituanie et la Bélarus Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Magdalena Chodownik
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Située entre l'enclave russe et le Bélarus, la Lituanie est contrainte de renforcer ses contrôles sur ces deux frontières pour assurer la sécurité de son territoire.

PUBLICITÉ

Le fleuve Niémen trace une frontière naturelle entre la Lituanie et la Russie. Autrefois symbole de connexion, le pont de la reine Louise qui relie les deux rives est désormais fermé à la circulation. 

Les conséquences de la guerre en Ukraine ont incité la Lituanie à renforcer ses contrôles aux frontières pour assurer la sécurité de son territoire. Alors que le sommet de l'OTAN se tient à Vilnius, la capitale lituanienne, les autorités du pays intensifient leurs efforts pour prévenir toute menace.

_"Nous avons porté notre surveillance au niveau maximum. Nous avons introduit un certain nombre de mesures à la frontière, en commençant par le déploiement de personnel supplémentaire, en introduisant également un système technique et en coopérant avec nos partenaires au niveau national et international",_explique Rustam Liubaev, chef du service des gardes-frontières lituanienne.

La route des migrants bloquée à la frontière avec le Bélarusse

Outre la menace russe, la Lituanie fait également face à un autre défi à ses frontières avec le Bélarusse : la route des migrants. L'année dernière, seules 34 demandes d'asile ont été acceptées en Lituanie.

Pour Emilija Svobaite, militante lituanienne pour le droit des migrants, cela montre surtout qu'aucune évaluation individuelle n'est effectuée à la frontière.

Un exemple poignant est celui d'Ahmed, un jeune homme irakien qui a dû faire plusieurs tentatives avant d'obtenir l'asile en Lituanie. 

"Mon pays est très dangereux. J'ai essayé à trois reprises de me rendre en Lituanie, mais la police m'a attrapé et m'a ramené à Minsk", confie-t-il.

Selon Emilija Svobaite, les autorités ne communiquent que sur le nombre de personnes repoussées à la frontière, sans mentionner les cas de réussite. Elle affirme que de nombreux migrants continuent d'arriver malgré les mesures prises par le gouvernement lituanien.

"Le gouvernement prétend toujours qu'il a stoppé l'immigration, mais le fait est qu'il n'annonce que le nombre de personnes qui sont repoussées, mais nous ne connaissons pas les cas de réussite. Nous constatons vraiment que les gens continuent à partir", explique Emilija Svobaite. 

Les frontières orientales de l'Europe en état d'alerte

La menace de provocations, que ce soit pendant ou après les négociations de l'OTAN, reste une préoccupation majeure pour les frontières orientales de l'Europe. Les tensions géopolitiques et les conflits dans la région soulignent l'importance pour les pays concernés de renforcer leurs contrôles et leur surveillance pour maintenir la sécurité et la stabilité.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Lituanie : explosion d'un gazoduc reliant les pays baltes à la Pologne

Le projet qui unit Lituanie et Lettonie contre la pollution plastique

Russie : le journaliste américain Evan Gershkovich condamné à 16 ans de prison pour "espionnage"