PUBLICITÉ

Euroviews. Tous les regards se tournent vers Ursula von der Leyen, alors que le climat politique devient plus chaud que jamais

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, prononce un discours sur l'état de l'Union au Parlement européen à Strasbourg, le 15 septembre 2021.
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, prononce un discours sur l'état de l'Union au Parlement européen à Strasbourg, le 15 septembre 2021. Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Ursula Woodburn, Director CISL Europe, CLG Europe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

Alors que la présidente de la Commission européenne s'apprête à prononcer mercredi son discours sur l'état de l'Union européenne, qui pourrait être le dernier, nous devons nous pencher sur son héritage, écrit Ursula Woodburn.

PUBLICITÉ

L'Union européenne lutte contre le changement climatique depuis des décennies. Mais avec cet été confirmé comme le plus chaud à l'échelle mondiale - il est temps de travailler avec nos alliés internationaux et d'augmenter le cadran de température sur l'action climatique.

Vendredi dernier, les Nations unies ont publié leur premier bilan mondial, un processus qui fait suite à l'Accord de Paris dans lequel les pays se sont engagés à suivre leurs progrès collectifs dans la réalisation des objectifs convenus.

Dans ce que l'Institut des ressources mondiales a qualifié de "bulletin de notes véritablement accablant" pour les efforts climatiques mondiaux, le principal message à retenir est que nous ne sommes pas sur la bonne voie pour atteindre l'objectif de l'Accord de Paris.

Pour maintenir le réchauffement climatique en dessous de 1,5 degré Celsius, nous devons revoir nos ambitions à la hausse et mettre en œuvre des solutions technologiques propres dès maintenant.

Un autre moment important pour le climat s'est produit ce week-end, lors du sommet du G20 à Delhi.

Bien que les dirigeants n'aient pas fixé de calendrier pour l'élimination progressive des combustibles fossiles, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a proposé un accord fructueux visant à tripler la capacité de production d'énergie renouvelable au niveau mondial d'ici à 2030, dans la perspective de la COP28.

Qu'en est-il de l'Europe ?

Changements dans la liste pour la dernière année de VDL

Avant les élections européennes de l'année prochaine, la loi controversée sur la restauration de la nature a été adoptée par le Parlement en juillet.

Frans Timmermans a dirigé le Green Deal et la politique climatique de l'UE depuis 2019, lançant l'un des plus vastes ensembles de lois sur le climat que le monde ait connu.

Mais aujourd'hui, le champion du climat a démissionné et Margrethe Vestager, porte-flambeau de l'Union en matière de concurrence, est partie en congé pour prendre la présidence de la Banque européenne d'investissement.

AP Photo/Virginia Mayo
Frans Timmermans, commissaire européen en charge du Green Deal, s'exprime lors d'une conférence de presse sur les menaces du changement climatique à Bruxelles, juin 2023AP Photo/Virginia Mayo

Mme Von der Leyen a agi de manière décisive pour faire face aux changements au sein du collège de la Commission européenne, même si des questions subsistent quant à l'impact que cela pourrait avoir sur sa dernière année.

Elle a rapidement attribué le nouveau poste de vice-président au socialiste slovaque Maroš Šefčovič, qui est un opérateur expérimenté sur les questions énergétiques au sens large - et dont nous aurons besoin d'un soutien solide pour le Green Deal.

Elle a également confié le portefeuille du climat à l'ancien ministre néerlandais des Affaires étrangères et conservateur Woepke Hoesktra.

Alors qu'Ursula von der Leyen s'apprête à prononcer mercredi son discours sur l'état de l'Union européenne, qui pourrait être le dernier, nous devons nous pencher sur son héritage.

Tout n'est pas si rose, malgré des actions fortes dans un contexte de crise

L'initiative phare de Mme von der Leyen, le "Green Deal" européen, qui repose sur le concept de durabilité compétitive, s'est avérée résistante face à de multiples crises.

En conséquence, les entreprises européennes agissent pour réduire leurs propres émissions, discutent avec leurs chaînes d'approvisionnement et réfléchissent à ce dans quoi elles doivent investir à l'avenir.

La majorité d'entre elles ont fait preuve d'un soutien sans faille, même en dépit d'une série de crises qui ont ébranlé l'UE au plus profond d'elle-même.

À la suite de la pandémie de COVID-19, l'UE s'est concentrée sur l'écologisation de sa reprise économique. Le plan, baptisé "NextGenerationEU", a permis d'investir 806,9 milliards d'euros pour rendre l'Europe plus verte, plus numérique et plus résiliente.

PUBLICITÉ
À la suite de la guerre menée par la Russie en Ukraine, l'Union européenne a intensifié son déploiement d'énergies renouvelables et de mesures d'efficacité énergétique afin de répondre à la crise de l'énergie.
AP Photo/Virginia Mayo
Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, Volodymyr Zelensky, président ukrainien, et Charles Michel, président du Conseil européen, à Bruxelles en 2023AP Photo/Virginia Mayo

À la suite de la guerre menée par la Russie en Ukraine, l'Union européenne a intensifié le déploiement des énergies renouvelables et des mesures d'efficacité énergétique pour faire face à la crise énergétique.

Les entreprises ont ainsi reçu un signal fort : la croissance verte est le meilleur moyen de garantir la résilience à long terme de l'Europe à l'avenir.

Cependant, tout n'est pas si rose.

Les développements internationaux et les décisions prises aux États-Unis et en Chine continuent de compliquer les décisions d'investissement. La porte des nouveaux investissements dans les combustibles fossiles reste fermement ouverte et la restauration de la nature n'a pas encore été suffisamment prise en compte.

Quel sera donc l'impact sur les entreprises ?

PUBLICITÉ

L'objectif de 2040 doit être fermement abordé

À une époque où certains, comme le Premier ministre belge Alexander de Croo, appellent à une "pause" réglementaire, les décideurs politiques et les entreprises doivent se retrousser les manches pour surmonter tous les obstacles qui se dressent sur leur chemin.

La crise climatique ne ralentit pas. Nous devons au contraire veiller à ce que la transition vers une économie européenne qui donne la priorité aux personnes, à la nature et au climat se poursuive.

Les mesures déjà prises par les décideurs politiques et les entreprises ont démontré qu'une telle ambition est à portée de main, à condition que les absorptions de carbone ne dépassent pas 8 à 10 %.
AP Photo/Virginia Mayo
Des militants pour le climat posent avec des masques de dirigeants européens, dont la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, à Bruxelles, février 2022AP Photo/Virginia Mayo

En cette période instable, les entreprises peuvent faire la différence en appelant à une orientation politique verte claire (avec la profondeur, l'ampleur et l'échelle nécessaires) pour les aider à planifier et à débloquer les investissements nécessaires.

En outre, nous attendons de l'UE - et de Mme von der Leyen cette semaine - qu'elle s'attaque fermement à l'objectif de 2040.

Du point de vue des entreprises, cela signifie fixer un objectif climatique de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans l'Union européenne d'au moins 90 % d'ici à 2040.

PUBLICITÉ

Il y a quelques années, cet objectif aurait pu sembler impossible à atteindre.

Mais les mesures déjà prises par les décideurs politiques et les entreprises ont démontré qu'une telle ambition est à portée de main - à condition que l'élimination du carbone ne dépasse pas 8 à 10 %.

L'Europe doit agir pour rester dans la course

Des objectifs distincts devraient être fixés pour l'élimination du carbone d'origine naturelle et pour l'élimination du carbone d'origine technologique, afin d'améliorer la transparence et la responsabilité.

L'avenir à long terme de l'Europe est ancré dans la prospérité économique, les entreprises qui ont investi avec succès dans le développement durable restant compétitives au niveau mondial.

Des rapports récents ont montré que nous sommes engagés dans une course mondiale aux technologies zéro carbone, et l'Europe doit agir pour rester dans la course.

PUBLICITÉ

Nous devrons tous travailler ensemble pour tirer parti de la transformation permise par le Green Deal, y compris les prochaines institutions de l'UE.

L'identité du 14e président de la Commission européenne n'est pas encore connue. En attendant, l'UE doit se montrer plus déterminée et agir maintenant.

Ursula Woodburn est directrice de l'Institut de Cambridge pour le leadership en matière de développement durable au bureau européen, où elle encourage les entreprises à soutenir une économie durable, neutre sur le plan climatique et respectueuse de la nature.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et participer à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

UE : accord pour porter la part des énergies renouvelables à 42,5% d'ici à 2030

L’UE veut forger ses technologies propres et renforcer sa résilience

Walter Baier : "Les partis établis reprennent à leur compte le discours d'extrême droite"