Plan industriel "Green Deal": le projet de l'UE pour développer les entreprises européennes vertes

La Présidente de la Commission européenne a présenté son plan industriel "Green Deal"
La Présidente de la Commission européenne a présenté son plan industriel "Green Deal" Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Stefan Grobe
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ursula Von Der Leyen a dévoilé son plan pour aider les industries des technologies propres en Europe, en réponse au 420 milliards de dollars de subventions accordés par les Etats-unis, " l'Inflation Reduction Act".

PUBLICITÉ

La Commission européenne a présenté des propositions visant à renforcer la compétitivité de l'industrie européenne "net-zero" et à soutenir la transition rapide vers la neutralité climatique.

Baptisé "plan industriel Green Deal", ce plan vise à aider les entreprises européennes actives dans les industries vertes à rester compétitives au niveau mondial.

Le plan s'appuie sur des initiatives antérieures et est largement considéré comme une réaction aux grandes séries de subventions vertes accordées par d'autres pays, notamment la loi américaine sur la réduction de l'inflation.

S'exprimant ce mercredi, à Bruxelles, la Présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a évité l'idée que ce soit une mesure en représailles à "l'Inflation Reduction Act" américain.

"Nous nous en félicitons. C'est une bonne nouvelle," a déclaré Ursula Von Der Leyen. "Nous affirmons depuis longtemps que la lutte contre le changement climatique est une nécessité, une nécessité pour notre planète, une nécessité pour notre prospérité économique et une nécessité pour notre indépendance stratégique. Nous sommes compétitifs, nous avons besoin de la concurrence. Ce que nous voulons, c'est que les règles du jeu soient les mêmes dans la concurrence mondiale et dans le marché unique. C'est très important pour nous."

En ce qui concerne le financement, la Commission européenne est disposée à assouplir temporairement les règles existantes en matière d'aides d'État. 

Mais à moyen terme, Bruxelles veut un nouveau fonds commun. Or, cette idée a déjà provoqué une vive réaction dans les capitales européennes. De nombreux États membres sont opposés à toute forme d'argent frais, préférant les programmes existants.

D'un autre côté, l'opposition politique affirme qu'il est impossible de s'en passer.

"Dans le financement, nous voyons que c'est essentiellement du vieux vin dans de nouvelles bouteilles. Nous voyons que des choses comme celles-là ont déjà été dépensées pour RepowerEU, les revenus du système d'échange de quotas d'émission sont également dépensés à nouveau, et le fonds Corona est dépensé à nouveau", a affirmé le député européen, Michael Bloss, membre du Groupe des Verts. " Je ne suis donc pas sûr que cela nous aide, car nous avons besoin d'argent supplémentaire au niveau européen. Nous devons donc discuter maintenant de l'endroit où nous pouvons obtenir cet argent supplémentaire par le biais d'une sorte d'euro-obligation. Et ceci est crucial."

Reste à savoir si le plan de la Commission verra le jour. Il sera discuté par le Conseil européen la semaine prochaine.

L'adoption finale est prévue pour le mois de mars.

Journaliste • Laura Vandormael

Video editor • Vassilis Glynos

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE s'engage à sévir contre le greenwashing en adoptant de nouvelles règles d'étiquetage

La présidente de la Commission européenne en visite en Allemagne

Charles Michel : la loi sur "l'influence étrangère" éloigne la Géorgie de l'adhésion à l'UE