EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

A quel âge les Européens partent-ils de la maison de leurs parents ?

Une jeune femme dans sa chambre d'étudiante à Toulouse en France - archive 2013
Une jeune femme dans sa chambre d'étudiante à Toulouse en France - archive 2013 Tous droits réservés Pascal Pavani / AFP
Tous droits réservés Pascal Pavani / AFP
Par Marie Jamet
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les Européens quittent le domicile parental à environ 26 ans. Un âge moyen relativement stable depuis dix ans, mais qui cache de grandes différences entre pays et entre hommes et femmes.

PUBLICITÉ

Les jeunes hommes restent plus longtemps chez leurs parents que les jeunes femmes au sein de l'Union européenne. En moyenne, les Européens quittent le foyer parental à presque 27 ans et demi alors que les Européennes partent à 25 ans et demi.

En 2022, les hommes croates sont ceux qui restent le plus longtemps au domicile parental. Ils quittent leurs parents à presque 35 ans.
A l'inverse, les femmes finlandaises sont celles qui partent vivre leur vie hors du nid le plus tôt à 20 ans tout juste passé.

Dans neuf pays de l'Union Européenne, plutôt du sud du continent, les hommes partent du foyer parental après leurs 30 ans : Croatie, Bulgarie, Grèce, Slovaquie, Espagne, Italie, Malte, Slovénie, Portugal. Du côté des femmes, seules les Croates partent au-delà de 30 ans.

A l'opposé, dans six pays du nord de l'Union, les femmes prennent leur indépendance avant leur 23 ans : Finlande, Suède, Danemark, Estonie, Pays-Bas, France.

Depuis dix ans, l'âge moyen auquel les enfants quittent le domicile de leurs parents est stable au sein de l'Union européenne et s'établit à 26,4 ans.

Au Luxembourg, hommes et femmes partent environ 2 ans plutôt qu'il y a 10 ans. Les hommes partent même près de 2 ans et demi plus tôt : alors qu'ils quittaient leurs parents à 27 ans en moyenne en 2013, ils prennent leur indépendance désormais à environ 24 ans et demi.

A l'inverse, l'Irlande est le pays où l'âge de départ a le plus reculé, passant de près de 26 ans à presque 27 ans. Le recul y est même plus marqué chez les femmes (+1,20) que chez les hommes (+1,05).

La cohabitation intergénérationnelle de plus en plus tardive peut s'expliquer par un ensemble de facteurs comme un taux de chômage élevé persistant chez les jeunes Européens (13,9 % en juillet 2023 contre 6,4 % pour l’ensemble de la population), conjugué à une forte l'inflation depuis un an. 

Les enfants peuvent aussi tarder à quitter le foyer de leurs parents en raison des prix de loyers en hausse au sein de l'UE : entre 2010 et le premier trimestre 2023, le prix des loyers a augmenté de 20 %. En outre, les logements locatifs dans les centres urbains sont de plus en plus cannibalisés par les locations touristiques, au détriment des habitants. 

Enfin, le faible nombre de logements locatifs en particulier dans les pays de l'Est de l'Europe où 95% des logements peuvent être habités par leur propriétaire comme en Roumanie, tendent à retarder le départ des enfants.

Les Européennes se marient aussi plus jeunes (31 ans) que les hommes (33 ans) et quittent leurs parents plus tôt pour emménager en couple. 

La question "vous habitez chez vos parents ?" a encore de beaux jours devant elle...

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des Berlinois souhaitent lancer un référendum sur le logement

"Un logement pour tous !" : les Portugais manifestent contre les prix de l'immobilier

Le Royaume-Uni cherche à rétablir ses relations avec l'UE