EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

L'Occident est-il fatigué de la guerre en Ukraine ?

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak inspecte le matériel militaire qui doit être remis à l'Ukraine
Le Premier ministre britannique Rishi Sunak inspecte le matériel militaire qui doit être remis à l'Ukraine Tous droits réservés Stefan Rousseau/WPA Rota
Tous droits réservés Stefan Rousseau/WPA Rota
Par Mihhail Salenkov
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en russe

L'invasion russe a eu lieu il y a plus d'un an et demi. Pendant tout ce temps, les pays occidentaux ont fourni une aide financière et militaire à Kyiv, promettant de soutenir les Ukrainiens aussi longtemps que nécessaire. L'Occident est-il fatigué de la guerre, comme l'affirme le Kremlin ?

PUBLICITÉ

Selon un sondage réalisé en octobre par l'Institut international de sociologie de Kyiv, deux fois plus d'Ukrainiens pensent que l'Occident est fatigué de la guerre et souhaite que Kyiv négocie avec Moscou.

Dans cette nouvelle enquête, les sociologues ukrainiens ont cherché à savoir ce que la population du pays pense de l'un des principaux récits de propagande du Kremlin, à savoir que "l'Occident est fatigué de la guerre".

La proportion d'Ukrainiens qui pensent que le soutien aux alliés diminue et qui souhaitent que Kyiv entame des négociations avec Moscou est passée de 15 % à 30 % par rapport à septembre et décembre de l'année dernière.

63 % des Ukrainiens estiment que le soutien de l'Occident reste fort, mais la part de ceux qui pensent le contraire a doublé par rapport aux études précédentes
63 % des Ukrainiens estiment que le soutien de l'Occident reste fort, mais la part de ceux qui pensent le contraire a doublé par rapport aux études précédentesКМИС

La thèse de la "lassitude de l'Occident" a été récemment réitérée par le porte-parole du président russe,Dmitri Peskov.

"Nous avons répété à plusieurs reprises que, selon nos prévisions, la lassitude face à ce conflit, la lassitude face au soutien totalement absurde du régime de Kyiv, augmentera dans plusieurs pays, y compris aux États-Unis ", a déclaré M. Peskov au début du mois d'octobre.

La plupart des Ukrainiens - plus de 60 % - restent convaincus que le soutien de l'Occident est solide et, comme le pensent les experts, qu'il est peu probable qu'il faiblisse dans les mois à venir.

"Le président Biden a encore sept mois pour continuer à soutenir l'Ukraine, et il l'a déclaré. Les États-Unis fournissent à l'Ukraine un système d'armement sérieux.Iln'y aura pas de changement", a déclaré Judy Dempsey du Carnegie Europe Centre et rédactrice en chef du blog Strategic Europe.

Selon Mme Dempsey, le soutien de Bruxelles à Kyiv est resté inébranlable depuis février 2022, date du début de l'invasion russe à grande échelle. L'UE est prête à continuer à fournir une assistance financière, politique et militaire à Kyiv.

"Le sentiment que la guerre dure depuis un certain temps est certainement présent parmi les États membres. Mais je ne pense pas que cette lassitude soit suffisamment enracinée et répandue pour que les Européens disent : "Assez, c'est assez, négocions"", note l'expert.

La défaite de l'Ukraine dans la guerre contre la Russie pourrait sérieusement affecter la structure de la sécurité en Europe à l'avenir, affirme Maximilian Hess, chercheur à l'American Institute for Foreign Policy Studies, auteur du livre "Economic War. Ukraine and the Global Conflict between Russia and the West".

"Il est important de comprendre ce qui est en jeu dans ce conflit : ce n'est pas seulement le système de sécurité européen et la probabilité d'une nouvelle agression russe, mais aussi les systèmes économiques et politiques que les Ukrainiens se battent pour réformer. Ils se battent pour le droit de s'unir à leurs voisins européens.C'est un conflit dans lequel il vaut la peine de soutenir l'Ukraine, car l'alternative, dans laquelle Poutine gagne et détruit ce pays, conduira non seulement à la destruction du paradigme de la sécurité européenne, mais aussi à celle du paradigme politique et économique de l'Europe dans son ensemble", déclare M. Hess.

Selon l'expert, les Ukrainiens ne doivent pas craindre que l'aide de l'Europe et des États-Unis soit considérablement réduite ou disparaisse complètement au cours des prochains mois.

"L'UE a réparti l'aide de manière très judicieuse. Elle sera fournie pendant assez longtemps, étant donné la manière dont elle est structurée. Aux États-Unis, il y aura encore beaucoup de querelles politiques autour de l'aide à l'Ukraine. Mais au moins jusqu'à l'élection présidentielle, jusqu'en novembre 2024, elle restera forte ", estime M. Hess.

Aucune possibilité de mettre fin à la guerre prochainement

L'invasion de l'Ukraine par Moscou a commencé en février dernier. La guerre dure depuis plus d'un an et demi. Ni Kyiv ni Moscou ne sont prêts à s'asseoir à la table des négociations, insistant sur leurs propres conditions.

Le Kremlin affirme que "l'opération spéciale se poursuivra jusqu'à ce que ses objectifs soient atteints".

Les dirigeants ukrainiens estiment que le dialogue n'est pas possible "tant que des troupes d'occupation se trouvent sur le territoire du pays".

"Nous ne pensons même pas à des compromis territoriaux. Pour l'Ukraine, il n'y a pas de différence entre la région de Donetsk et la région de Lviv, la région de Tchernihiv et la Crimée, Kiev et Sébastopol", a rappelé Ruslan Stefanchuk, président de la Verkhovna Rada, lors de la conférence internationale "Crimea Global. Comprendre l'Ukraine par le Sud".

Le 17 octobre, le Parlement européen a soutenu l'initiative de la Commission européenne visant à créer un Fonds d'aide à l'Ukraine d'un montant de 50 milliards d'euros.

"À ce stade, je ne vois pas de possibilité de mettre fin à cette guerre ", déclare Judy Dempsey. "LesUkrainiens ne sont pas prêts à négocier un accord de paix qui ne tiendrait pas compte de la préservation de l'intégrité territoriale du pays, et le Kremlin nous a dit qu'il ne voulait pas non plus de dialogue. La question qui se pose est la suivante : si aucune des parties n'est disposée à négocier, si la guerre s'éternise et que de plus en plus de gens meurent, il faudrait un médiateur qui puisse réellement rapprocher les deux parties. Mais pour l'instant, il n'y a pas de médiateur.

PUBLICITÉ

La paix ne sera possible que lorsque les personnes au pouvoir en Russie ne pourront plus continuer la guerre, affirme Maximilian Hess .

"À mon avis, il n'y a aucune possibilité de mettre fin à la guerre dans un avenir proche, car Vladimir Poutine ne montre aucun intérêt à le faire. C'est le Kremlin en 2014 qui a déclenché ce conflit, qui s'est transformé en une véritable guerre en 2022.Lapaix ne sera possible que lorsque le Kremlin ne pourra plus ou ne voudra plus se battre", estime M. Hess.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La contre-offensive ukrainienne piétine à l'approche de l'hiver

L'Ukraine optimiste quant à l'ouverture prochaine des négociations d'adhésion à l'UE

Journée de l'Europe : Roberta Metsola en visite à Kyiv pour rencontrer Volodymyr Zelensky