Euroviews. Le Kremlin a alimenté l'antisémitisme dans son pays, avant qu'il n'explose

Des personnes dans la foule marchent en criant des slogans antisémites sur un terrain d'aviation de l'aéroport de Makhachkala, octobre 2023.
Des personnes dans la foule marchent en criant des slogans antisémites sur un terrain d'aviation de l'aéroport de Makhachkala, octobre 2023. Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Aleksandar Đokić
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

Vladimir Poutine était l'instigateur de l'antisémitisme en Russie, bien avant que les lyncheurs ne prennent d'assaut l'aéroport de Makhachkala, la capitale du Daghestan, écrit Aleksandar Đokić.

PUBLICITÉ

L'islamophobie et l'antisémitisme sont en hausse dans le monde entier, depuis le début du conflit entre le Hamas et Israël.

Tous deux découlent de deux types généraux de racisme : le racisme de base, qui tend à prendre naissance dans certains secteurs de la société, et le racisme venant d'en haut, autrement dit celui qui se propage à partir des détenteurs du pouvoir et de ceux qui les représentent.

En tant que tel, le racisme venant d'en haut est impensable à notre époque, car il irait à l'encontre des principes moraux fondamentaux des sociétés démocratiques contemporaines.

À l'autre extrémité du spectre politique, les dirigeants autocratiques instrumentalisent le plus souvent intentionnellement les divisions historiques de leur société, qu'elles soient ethniques, religieuses, raciales ou de classe.

Les dictateurs s'efforcent de tirer profit des tensions au sein de la société afin d'empêcher les différents groupes sociaux de s'unir contre leur pouvoir. Les autocrates ont tendance à savoir quand et comment remuer et agiter certains groupes sociaux, lorsqu'ils le jugent nécessaire.

Cependant, il arrive que ces actions échappent à tout contrôle et produisent des résultats indésirables. C'est ce qui s'est passé lors de la récente émeute anti-juive - qualifiée par certains de pogrom - à l'aéroport international du Daghestan.

Débattre de l'héritage de Zelensky pour étayer le discours sur les "nazis ukrainiens".

Depuis le début de l'invasion massive de l'Ukraine, le Kremlin n'a pas hésité à attiser la colère et le mépris à l'égard des personnes d'origine juive ou de l'identité juive en général.

Le discours dominant, diffusé par les cercles de pouvoir moscovites, a été marqué par un point de discussion clé qui peut être résumé comme suit : "les Anglo-Saxons (c'est-à-dire l'Occident) ont installé une marionnette juive - qui n'est même pas juive au sens fondamental du terme - à Kiev pour dissimuler le nazisme ukrainien contemporain".

Cette notion toxique a été complètement démystifiée, et pourtant, c'est presque exactement ce que Vladimir Poutine a déclaré le 5 septembre, deux mois seulement avant que la foule antisémite ne prenne d'assaut l'aéroport de Makhachkala, la capitale du Daghestan.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'entretient avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Bruxelles, octobre 2023
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, s'entretient avec le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Bruxelles, octobre 2023AP Photo/Olivier Matthys

"Les conservateurs occidentaux ont placé à la tête de l'Ukraine contemporaine une personne - un juif ethnique, avec des racines juives, avec des origines juives. Ainsi, à mon avis, ils semblent dissimuler une certaine essence anti-humaine, qui est le fondement, la base de l'État ukrainien moderne", a déclaré Vladimir Poutine.

La "dénazification" supposée de l'Ukraine par le Kremlin étant la base idéologique de la légitimation de son invasion d'un pays voisin, Vladimir Poutine a, en fait, mis en doute, à plusieurs reprises, l'identité juive du président ukrainien, Volodymyr Zelensky, tout en l'utilisant contre lui.

"J'ai beaucoup d'amis juifs depuis l'enfance. Ils disent tous que Zelensky n'est pas juif, qu'il est une honte pour le peuple juif... Zelensky est un homme de sang juif. Pourtant, par ses actions, il couvre ces monstres néonazis", a affirmé Vladimir Poutine, au début du mois de juin.

Permis de tuer

Le 22 octobre, une semaine avant les événements de l'aéroport international du Daghestan, un célèbre propagandiste de l'État, Dmitry Kiselyov, a déclaré à la télévision d'État que "l'antisémitisme est une norme culturelle pour des centaines de millions de musulmans, transmise d'une génération à l'autre. Et le politiquement correct ne peut rien y faire".

Cette déclaration est en effet à la fois islamophobe et antisémite. Cependant, ces mêmes chaînes de télévision d'État russes ont, à l'instar du Kremlin, masqué leur islamophobie latente en adoptant une position clairement pro-Hamas et en plaçant la tradition au cœur de la politique. C'est pourquoi ce type de messages a été facilement interprété par certains dans le Caucase du Nord - une région traditionnellement à majorité musulmane - comme un moyen de légitimer la haine et de déclarer une chasse ouverte au peuple juif.

Des personnes sont assises près d'un écran de télévision retransmettant le discours du président russe Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, juillet 2023
Des personnes sont assises près d'un écran de télévision retransmettant le discours du président russe Vladimir Poutine à Saint-Pétersbourg, juillet 2023AP/TASS Host Photo Agency

On comprend également pourquoi les instigateurs pensaient que les autorités ne réagiraient pas et pourquoi ils ont été traités avec beaucoup plus d'indulgence que les manifestants russes contre la guerre, par exemple. Pourquoi un pays qui soutient le Hamas et prétend que l'antisémitisme est une "tradition" les persécuterait-il, s'ils se lançaient dans une campagne antisémite ? Et cette entreprise n'est-elle pas essentiellement une fervente démonstration de soutien à l'État ?

Outre les liens officiels des dirigeants russes avec le Hamas, le discours des grands médias russes est clairement anti-israélien, depuis que les militants du Hamas ont organisé et mené un massacre de civils israéliens, le 7 octobre.

Les médias d'État russes n'ont pas fait la moindre déclaration dénonçant le Hamas en tant qu'organisation extrémiste ou terroriste, mais seulement des appels à la création d'un État palestinien indépendant et des accusations contre Israël, accusé d'assassiner cyniquement des civils palestiniens.

Mettre le feu aux poudres et accuser les États-Unis

Tout cela est à l'opposé des dirigeants, intellectuels et médias occidentaux responsables qui affirment toujours clairement que les militants du Hamas ont commis un acte de violence horrible tout en exprimant leur préoccupation légitime pour la protection de la population civile palestinienne.

PUBLICITÉ

C'est la seule façon de combattre l'antisémitisme et d'envoyer un message clair à la société : le terrorisme n'est acceptable en aucune circonstance, et tout acte de violence ou discours de haine à l'encontre de citoyens juifs dans le monde démocratique sera sévèrement poursuivi conformément à la loi.

Si vous êtes un consommateur régulier de contenus télévisés grand public en Russie, vous finirez par croire que le fait de s'en prendre aux passagers nominalement juifs d'un vol en provenance de Tel Aviv et ayant atterri à Makhachkala est un acte patriotique dans tous les sens du terme.
Des policiers armés montent la garde devant la synagogue principale de Saint-Pétersbourg, octobre 2023
Des policiers armés montent la garde devant la synagogue principale de Saint-Pétersbourg, octobre 2023AP Photo/Dmitri Lovetsky

Bien entendu, cela ne signifie pas que les manifestations de soutien à la Palestine et aux Palestiniens sont ou doivent être stigmatisées. En fait, cela veut dire qu'il doit y avoir une ligne de démarcation claire entre la propagation du terrorisme du Hamas et le soutien aux Palestiniens.

Cette ligne de démarcation n'a jamais été tracée dans les médias russes. Au contraire, l'État russe a envoyé un signal direct et malveillant, incitant sa société déjà fortement antisémite et intolérante : "les Juifs sont des nazis en Ukraine et ils tuent maintenant intentionnellement des enfants palestiniens".

Ainsi, si vous étiez un simple consommateur de contenus télévisés grand public en Russie, vous finiriez par croire qu'attaquer des passagers juifs d'un vol en provenance de Tel-Aviv, en transit à Makhachkala, est un acte patriotique, dans tous les sens du terme.

En fin de compte, Vladimir Poutine a rendu les États-Unis responsables d'une explosion facilement anticipée de l'antisémitisme en Russie. "il est nécessaire de savoir et de comprendre où se trouve la racine du mal, cette araignée qui tente d'envelopper la planète entière, le monde entier, dans sa toile", a-t-il déclaré, après l'émeute du Daghestan.

PUBLICITÉ

Pourtant, la responsabilité de la haine incombe entièrement à Vladimir Poutine et à la Russie. La propagande russe diabolise les Ukrainiens depuis près d'une décennie. Aujourd'hui, c'est au tour de la population juive de Russie d'être stigmatisée, comme ce fut le cas à maintes reprises au cours de l'histoire. Et si Vladimir Poutine continue à faire ce qu'il veut, il n'y aura plus personne à haïr.

Aleksandar Đokić est un politologue et analyste serbe qui a publié des articles dans Novaya Gazeta. Il était auparavant chargé de cours à l'université RUDN de Moscou.

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et prendre part à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Vladimir Poutine accuse Kyiv après l'assaut d'un aéroport par une foule anti-Israël

Poutine : "Un assaut israélien terrestre à Gaza entraînerait des pertes civiles inacceptables"

Ukraine : accord de sécurité avec les Pays-Bas, frappes russes sur plusieurs régions