EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Euroviews. Infecter des animaux avec du diabète ne sauvera pas des vies humaines

Une souris de laboratoire grimpe sur la main gantée d'un technicien, 2006
Une souris de laboratoire grimpe sur la main gantée d'un technicien, 2006 Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Tous droits réservés AP Photo/Euronews
Par Dr Julia Baines
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Les opinions exprimées dans cet article sont celles de leur auteur et ne représentent en aucun cas le positionnement éditorial d’Euronews.
Cet article a été initialement publié en anglais

En cette Journée mondiale du diabète, il est grand temps de remplacer toutes les expériences sur les animaux utilisées pour étudier la maladie par des recherches humaines et pertinentes pour l'homme, écrit le Dr Julia Baines, responsable de la politique scientifique à PETA.

PUBLICITÉ

"Demandez à n'importe quelle personne bienveillante si elle est favorable aux expériences sur les animaux alors qu'il existe des solutions efficaces et non cruelles, et elle vous répondra probablement par la négative.

Alors pourquoi les animaux sont-ils encore utilisés dans des expériences pour étudier le diabète ? Il existe des solutions sans cruauté pour les animaux, utilisant des cellules humaines, des dispositifs mécaniques et des modèles informatiques, mais les expérimentateurs continuent de soumettre les animaux à des traitement cruels.

La réponse est simple : ils continuent à le faire par habitude.

Les animaux sont utilisés et maltraités dans les expériences depuis si longtemps que de nombreux scientifiques se tournent automatiquement vers eux, les considérant comme un simple équipement de laboratoire.

En 2022, plus de 2,76 millions d'expériences ont été réalisées sur des animaux rien qu'en Grande-Bretagne, notamment sur des milliers de chiens, de chevaux, de lapins et de cochons d'Inde, ainsi que sur des porcs, des primates et d'autres espèces.

Mais aujourd'hui, nous savons qu'il est inadmissible de traiter ainsi des êtres vivants et sensibles. Tout comme les humains, les autres animaux ressentent la douleur et la peur. Et surtout, il existe des différences biologiques significatives entre les espèces, notamment en ce qui concerne le diabète.

Soumettre de gentils animaux à des traitements cruels ne donnera pas de résultats

Le diabète est un domaine clé exploré par les scientifiques de PETA, qui ont élaboré le "Research Modernisation Deal", une stratégie détaillée pour mettre fin aux expériences sur les animaux, y compris l'arrêt immédiat de certaines utilisations et l'abandon progressif d'autres.

Ils recommandent l'arrêt immédiat des expériences sur les animaux pour le diabète en faveur des nombreuses options humaines disponibles.

Il n'y a aucune raison sur Terre de soumettre de gentils animaux à la cruauté au nom de la recherche sur le diabète et toutes les raisons de ne pas le faire : les expériences sur les animaux ne sont pas seulement invasives et cruelles, elles sont mauvaises pour la science.
Les gorilles des plaines de l'Ouest sont observés dans leur habitat, septembre 2021
Les gorilles des plaines de l'Ouest sont observés dans leur habitat, septembre 2021AP Photo/Ron Harris

Il n'y a aucune raison sur Terre pour que de gentils animaux soient soumis à des traitement cruels au nom de la recherche sur le diabète et toutes les raisons de ne pas le faire : les expériences sur les animaux ne sont pas seulement invasives et cruelles. Elles sont aussi mauvaises pour la science.

Elles peuvent en fait retarder la recherche d'un traitement, car les fonds sont détournés des tests pertinents pour l'homme qui pourraient réellement l'aider.

On estime qu'il faut 10 à 15 ans et plus de 2 milliards de dollars (1,87 milliard d'euros) pour mettre au point un nouveau médicament, et que le taux d'échec est de l'ordre de 95 % dans les études sur l'homme.

Inutile, brutal et démodé

Il est clair que le paradigme actuel de développement et d'essai des médicaments et de leur mise sur le marché pose problème, et l'expérimentation animale a été identifiée comme l'un des facteurs qui y contribuent.

Des avancées majeures dans le traitement de maladies, telles que le diabète et le cancer du sein, peuvent être réalisées en abandonnant les expériences inutiles, cruelles et démodées sur d'autres espèces, au profit d'une recherche pertinente pour l'homme.

Une infirmière prélève un échantillon de sang sur un patient lors d'un camp de dépistage gratuit du diabète à Hyderabad, en novembre 2009
Une infirmière prélève un échantillon de sang sur un patient lors d'un camp de dépistage gratuit du diabète à Hyderabad, en novembre 2009Mahesh Kumar A/AP2009

Certains médicaments efficaces chez d'autres espèces sont en fait nocifs pour l'homme, et vice versa. Entre 1984 et 2014, plus de 50 articles universitaires sur le diabète de type 2 ont été publiés, chaque mois, sur la base de tests de laboratoire effectués sur des rongeurs.

Ces tests ont permis aux scientifiques d'en apprendre beaucoup sur les rongeurs, mais n'ont pas permis de prédire que les médicaments à base de thiazolidinedione seraient nocifs pour l'homme, augmentant de 64 % le risque de décès d'origine cardiovasculaire.

PUBLICITÉ

Les tests sur les animaux permettent de prédire le résultat chez l'animal en question. Les rongeurs diffèrent des humains dans leur façon de traiter le glucose, depuis le niveau des acides nucléiques jusqu'aux différences dans les protéines, les voies, les cellules, les tissus et les organes.

Une multitude d'alternatives

Quelle est donc l'alternative ? Il existe une multitude d'options non cruelles et pertinentes pour l'homme dans la recherche sur le diabète, notamment l'imagerie humaine, la technologie in vitro, les cellules souches induites par l'homme, les cultures cellulaires tridimensionnelles, l'utilisation d'organes humains et de tissus humains post-mortem, l'imagerie humaine non invasive, les études épidémiologiques et génétiques humaines, et les modèles informatiques avancés.

Des scientifiques de l'université calédonienne de Glasgow ont utilisé des cellules humaines provenant d'une banque de tissus pour créer des modèles de cicatrisation pour les patients diabétiques qui ont des difficultés à cicatriser et à contrôler les infections cutanées.

La Food and Drug Administration des États-Unis a approuvé une pompe à insuline en boucle fermée mise au point à l'aide de la modélisation informatique au lieu de l'expérimentation animale.

PUBLICITÉ

Alors que des millions d'euros ont été gaspillés à torturer des primates dans le cadre de la recherche de vaccins contre le VIH/sida, les essais sur l'homme ont rapidement permis de mettre au point des vaccins contre le COVID-19. Cette expérience a montré comment des essais pertinents pour l'homme peuvent produire des résultats rapides et efficaces.

C'est la biologie humaine qui est nécessaire pour trouver des remèdes et de meilleurs traitements pour le diabète, et plus tôt le financement sera réorienté vers le soutien de l'innovation dans ces domaines, au lieu de soutenir l'habitude dépassée d'expérimenter sur les animaux, plus tôt nous les trouverons".

Chez Euronews, nous pensons que tous les points de vue sont importants. Contactez-nous à l'adresse view@euronews.com pour envoyer des propositions ou des soumissions et participer à la conversation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Allemagne, un cirque remplace les animaux par des hologrammes

Les défenseurs des animaux se réjouissent de la suspension de la chasse à la baleine en Islande

Aux Pays-Bas, plongée au cœur d'un système de soins innovant