Elections anticipées : le régime serbe en position de force

Le président serbe, Aleksandar Vucic, espère capitaliser sur une probable victoire de son parti, le SNS, aux législatives anticipées de dimanche.
Le président serbe, Aleksandar Vucic, espère capitaliser sur une probable victoire de son parti, le SNS, aux législatives anticipées de dimanche. Tous droits réservés Darko Vojinovic/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les législatives anticipées de dimanche en Serbie devraient permettre au parti au pouvoir SNS de reprendre la main après avoir été ébranlé par des manifestations contre la violence.

PUBLICITÉ

Les électeurs serbes sont attendus aux urnes ce dimanches, pour élire leurs représentants au Parlement. Ils s'agit des cinquièmes élections législatives en dix ans. Mais ce scrutin est marqué par un regain des tensions. Au sein même de la société serbe d'abord : au printemps dernier, deux fusillades ayant fait dix-huit morts en deux jours ont relancé les débats autour de l'augmentation de la violence...

Mais aussi un regain des tensions dans le Nord-Kosovo, qui a placé le président serbe sous les projecteurs de la communauté internationale.

L'opposition, une huitaine de partis de gauche, écologistes et de centre droit, réunie au sein de la coalition "Serbie sans Violence" accuse le parti au pouvoir, les Progressistes serbes, d'être responsables de la situation, et craignent que ces élections anticipées ne renforcent encore davantage le pouvoir du Président Aleksandar Vučić.

Selon les derniers sondages, les Progressistes serbes resteraient en tête avec 40%... Les partis d'opposition SPN et SPS se partageraient 26 et 9% des voix.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La recrudescence de la violence, sujet crucial des élections législatives anticipées en Serbie

Les investissements étrangers toujours plus nombreux en Serbie

Guerre en Ukraine : 150 000 Russes et 16 000 Ukrainiens sont partis vivre en Serbie