L'émir du Koweït, le Cheikh Nawaf Al Ahmad Al Sabah, est décédé à l'âge de 86 ans

Le cheikh Ahmad al-Nawaf al-Sabah assiste à une session parlementaire à l'Assemblée nationale à Koweït City en novembre.
Le cheikh Ahmad al-Nawaf al-Sabah assiste à une session parlementaire à l'Assemblée nationale à Koweït City en novembre. Tous droits réservés YASSER AL-ZAYYAT/AFP
Par Pierre Assémateuronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Nawaf Al Ahmad Al Sabah, emir du Koweït, est décédé après avoir été hospitalisé d'urgence pour une maladie non spécifiée à la fin du mois de novembre.

PUBLICITÉ

L'émir du Koweït, le Cheikh Nawaf Al Ahmad Al Sabah, âgé de 86 ans, est décédé après trois ans d'un règne discret au cours duquel il s'est efforcé de résoudre les différends politiques internes de ce petit pays riche en pétrole.

La télévision d'État du Koweït a commencé à diffuser des versets du Coran juste avant qu'un fonctionnaire ne fasse l'annonce.

"C'est avec une grande tristesse que nous - le peuple koweïtien, les nations arabes et islamiques et les peuples amis du monde - pleurons feu Son Altesse l'émir, Cheikh Nawaf Al Ahmad Al Jaber Al Sabah, qui s'en est allé vers son Seigneur aujourd'hui", a déclaré Cheikh Mohammed Abdullah Al Sabah, ministre de la cour émirienne, qui a lu la brève déclaration.

Les autorités n'ont pas précisé la cause du décès.

L'adjoint du souverain du Koweït et son demi-frère, le Cheikh Meshal Al Ahmad Al Jaber, âgé aujourd'hui de 83 ans, est considéré comme le prince héritier le plus âgé du monde. Il est en lice pour prendre la tête du Koweït et représente l'un des derniers dirigeants octogénaires des pays du Golfe.

Fin novembre, Cheikh Nawaf a été hospitalisé d'urgence pour une maladie non spécifiée. Depuis, le Koweït attend des nouvelles de son état de santé. Les médias d'État ont précédemment rapporté qu'il s'était rendu aux États-Unis pour des examens médicaux non spécifiés en mars 2021.

La santé des dirigeants du Koweït reste un sujet sensible dans ce pays du Moyen-Orient, également frontalier de l'Irak et de l'Arabie saoudite, qui a connu des luttes de pouvoir internes derrière les portes de son palais.

Les dirigeants de l'époque du Cheikh Nawaf, nés avant que le pétrole ne transforme le Koweït d'une plaque tournante commerciale en un État pétrolier, se sont effacés avec l'âge. Cette situation, ainsi que le fait que d'autres pays arabes du Golfe ont mis au pouvoir des dirigeants plus jeunes et plus sûrs d'eux, a accru la pression sur les Al Sabah pour qu'ils transmettent le pouvoir à la génération suivante.

Le Cheikh Nawaf avait prêté serment en tant qu'émir après la mort, en 2020, de son prédécesseur, feu le Cheikh Sabah Al Ahmad Al Sabah.

Il a été ministre de l'Intérieur et de la Défense du Koweït, mais n'était pas considéré comme particulièrement actif au sein du gouvernement en dehors de ces fonctions. Cependant, sa désignation pour devenir l'émir n'avait pas suscité de controverse, même si son âge avancé avait conduit les analystes à penser que son mandat serait de courte durée. Ce fut le cas - Cheikh Nawaf a eu le troisième mandat le plus court de tous les émirs depuis que les Al-Sabah règnent sur le Koweït depuis 1752.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : Benjamin Netanyahu rejette la proposition de cessez-le-feu du Hamas

Les frappes aériennes entre le Pakistan et l'Iran pourraient-elles être le début d'une escalade régionale ?

Frappes aériennes en Iran : le Pakistan dit avoir agi contre des « activités terroristes »