Israël lance de nouvelles frappes sur Gaza, appels aux négociations sur les otages

La bande de Gaza frappée par l'armée israélienne, en 2023.
La bande de Gaza frappée par l'armée israélienne, en 2023. Tous droits réservés SAID KHATIB / AFP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Israël a lancé de nouvelles frappes sur la bande de Gaza dimanche au moment où les dirigeants israéliens font face à une pression croissante pour négocier et obtenir la libération d'otages enlevés par le Hamas.

PUBLICITÉ

Les proches des otages ont multiplié les appels au Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour le pousser à conclure un accord sur la libération des captifs alors que l'armée a admis avoir tué "par erreur" trois d'entre eux dans le territoire palestinien.

Les trois otages tués faisaient partie des quelque 250 personnes capturées lors de l'attaque sans précédent lancée le 7 octobre par le Hamas sur le sol israélien qui a fait 1 140 morts, selon les dernières données fournies par les autorités israéliennes.

Au moins 12 personnes ont été tuées dimanche dans des frappes israéliennes sur la ville de Deir al-Balah, dans le centre de Gaza, a annoncé le ministère de la Santé du Hamas. Des témoins ont aussi rapporté un bombardement israélien sur la ville méridionale de Bani Suheila.

Au total, 18 800 personnes, à 70% des femmes, des enfants et adolescents, selon le groupe islamiste, ont été tuées depuis le début de l'offensive qu'Israël a lancée en représailles sur Gaza, où est au pouvoir le Hamas classé organisation "terroriste" par les Etats-Unis, l'Union européenne et Israël.

Les proches des otages se sont réunis lors d'une manifestation à Tel-Aviv samedi.

"Notre demande n'est pas une lutte (contre le gouvernement). C'est un appel que n'importe qui lancerait s'il s'agissait de son père. Prenez-nous en considération et faites maintenant un plan (de négociation)", a déclaré Noam Perry, fille de l'otage Haim Perry, à ce rassemblement.

Plus de 100 Israéliens et étrangers capturés par le Hamas ont été libérés en échange de 240 prisonniers palestiniens au cours d'une trêve d'une semaine le mois dernier, négociée par le Qatar.

Le Premier ministre israélien a affirmé samedi que "la pression militaire est nécessaire tant pour le retour des otages que pour assurer la victoire sur nos ennemis".

Mais Benjamin Netanyahu a aussi semblé confirmer des efforts diplomatiques en cours du Qatar pour obtenir la libération de nouveaux otages. "Nous avons de sérieuses critiques à l'égard du Qatar, dont je suppose que vous entendrez parler en temps voulu, mais pour l'instant, nous essayons d'achever la récupération de nos otages", a-t-il déclaré.

Le Qatar a confirmé samedi ses "efforts diplomatiques en cours pour renouveler la pause humanitaire".

Le Hamas s'est cependant déclaré "contre toute négociation sur l'échange de prisonniers jusqu'à ce que l'agression contre notre peuple cesse complètement", dans un message sur Telegram.

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a annoncé samedi soir son déplacement en Israël, à Bahreïn et au Qatar pour souligner "l'engagement de Washington à renforcer la sécurité et la stabilité régionales".

Ces derniers jours, l'administration américaine a poussé les autorités israéliennes à passer à une phase moins intensive de leur opération à Gaza afin de mieux protéger les civils.

Le chef des services de renseignement israéliens, David Barnea, a rencontré vendredi le Premier ministre qatari, Mohammed ben Abdelrahmane Al-Thani, qui avait aidé à négocier la trêve précédente, selon le site d'informations Axios.

La cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna est aussi attendue dimanche en Israël et en Cisjordanie, puis au Liban lundi.

Son ministère a condamné samedi un bombardement israélien dans la bande de Gaza qui a causé la mort d'un de ses agents et a exigé que "tout la lumière soit faite".

Outre des entretiens officiels, la ministre devrait rencontrer des familles d'otages français et appeler "à une nouvelle trêve humanitaire immédiate et durable", devant conduire à un cessez-le-feu pérenne, afin d'obtenir la libération de tous les otages, et de pouvoir apporter de l'aide humanitaire à la population de Gaza, selon un communiqué du Quai d'Orsay.

Le chef de la diplomatie britannique David Cameron et son homologue allemande Annalena Baerbock ont appelé de leur côté à "un cessez-le-feu durable", aussi rapidement que possible, dans une tribune commune publiée dans le Sunday Times.

PUBLICITÉ

Mais ils s'opposent à un "cessez-le-feu général et immédiat" estimant que le Hamas "doit déposer les armes".

"Faim, maladie et faible immunité"

Les bombardements israéliens ont laissé une grande partie du territoire en ruines et l'ONU estime qu'1,9 million de Gazaouis ont été déplacés par la guerre.

Cette semaine, les Nations Unies ont prévenu que la faim et le désespoir poussant les habitants à s'emparer de l'aide humanitaire risquaient de conduire à un "effondrement de l'ordre civil".

"Je ne serais pas surpris si des gens commençaient à mourir de faim, ou d'une combinaison de faim, de maladie et de faible immunité", a déclaré Philippe Lazzarini, directeur de l'agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (OCHA).

L'agence a signalé une "panne de communication prolongée" à Gaza depuis jeudi soir et qui s'est poursuivie au cours des dernières 48 heures.

PUBLICITÉ

Face à la pression internationale croissante, Israël a annoncé l'ouverture "temporaire" d'un nouveau point d'entrée pour l'aide humanitaire via le terminal de Kerem Shalom, mais n'a pas précisé quand.

Les combats se sont poursuivis samedi, l'armée israélienne affirmant avoir attaqué deux écoles qui, selon elle, étaient des cachettes du Hamas dans le nord de la ville de Gaza.

L'armée israélienne a annoncé dimanche la mort de deux de ses soldats, portant à 121 le nombre total de militaires israéliens tués depuis le début de l'offensive à Gaza fin octobre.

Une mère et sa fille ont été tuées samedi par un soldat israélien, et sept personnes ont été blessées, dans le complexe abritant l'unique église catholique de la ville de Gaza, s'est indigné le Patriarcat latin de Jérusalem.

Des dizaines de journalistes ont participé à Khan Younès samedi aux funérailles de Samer Abou Daqa, caméraman de la chaîne qatarie Al Jazeera, tué par une frappe israélienne

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le Hamas a publié une vidéo de trois otages israéliens

L'armée israélienne a découvert le "plus grand tunnel" du Hamas

Les États-Unis vont commencer à larguer de l'aide humanitaire d'urgence sur Gaza