EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

En Russie, une candidate "pour la paix" veut défier Vladimir Poutine à la présidentielle

Ekaterina Dountsova à Moscou, le mercredi 20 décembre 2023.
Ekaterina Dountsova à Moscou, le mercredi 20 décembre 2023. Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/AP
Tous droits réservés Alexander Zemlianichenko/AP
Par Euronews avec AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Ekaterina Dountsova, engagée pour la "paix", a soumis mercredi son dossier de candidature à l'élection présidentielle de mars 2024.

PUBLICITÉ

Ekaterina Dountsova a déposé mercredi les documents nécessaires auprès de la Commission électorale, qui a ensuite confirmé leur enregistrement.

Mais ce n'est qu'une première étape : la candidate doit désormais rassembler au moins 300 000 signatures de soutiens, ce qui ne sera pas une mince affaire.

Optimiste, Ekaterina Dountsova, 40 ans, a déclaré qu'il y avait "toujours une chance sur deux".

La réélection du président Vladimir Poutine à un cinquième mandat tient toutefois de la formalité, aucune forme d'opposition n'étant tolérée.

La quasi-totalité des figures d'envergure, comme le militant anticorruption Alexeï Navalny, ont été jetés en prison ou poussés à l'exil.

Ekaterina Dountsova avait d'ailleurs été convoquée par le parquet après avoir annoncé son intention de se présenter à l'élection.

Dans son message, elle avait notamment estimé sur les réseaux sociaux que la Russie "s'éloignait des droits et des libertés, de l'amour et de la paix, d'un bel avenir", près de deux ans après le début de l'assaut russe contre l'Ukraine.

Interrogée mercredi sur ses craintes concernant sa sécurité et celle de ses proches, elle a admis qu'il y avait "des inquiétudes" tout en rappelant que ce qu'elle fait est "légal".

"Nous avons un programme plutôt positif, nous ne sommes pas opposés à quelque chose, nous sommes pour la paix et pour des processus démocratiques", a-t-elle ajouté.

Cette ancienne journaliste et députée municipale a estimé que "les gens veulent une alternative et retrouver la confiance envers le processus électoral".

Fin novembre, elle disait avoir déjà recueilli "plus de 10 000", sur les 300 000 signatures nécessaires.

Poutine jusqu'en 2036 ?

Plus tôt dans la journée, la Commission électorale avait dit avoir reçu 16 candidatures pour la présidentielle prévue du 15 au 17 mars 2024, dont celle de Vladimir Poutine.

Les candidats ont jusqu'au 27 décembre pour déposer une demande initiale d'enregistrement auprès de la Commission électorale, selon le calendrier officiel.

L'obligation de recueillir 300 000 signatures concerne les candidats indépendants, non soutenus par un parti représenté à la Douma.

Ils doivent les soumettre au moins 45 jours avant le scrutin à la Commission électorale, qui prend alors une décision finale sous 10 jours.

PUBLICITÉ

Mercredi, la présidente de la Commission électorale, Ella Pamfilova, a par ailleurs indiqué qu'"environ 38 millions d'électeurs" pourraient voter en ligne.

Les territoires occupés par la Russie dans l'est et le sud de l'Ukraine prendront également part à l'élection.

Vladimir Poutine, qu'une révision constitutionnelle de 2020 autorise à être encore candidat en 2030, peut théoriquement se maintenir au Kremlin jusqu'en 2036, l'année de ses 84 ans.

Tout juste désigné candidat mardi, le nationaliste et fidèle du Kremlin Léonid Sloutski a lui assuré d'emblée qu'il "n'enlèverai(t) pas de voix" à Vladimir Poutine dont la victoire sera "énorme", a-t-il promis.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : la candidate pacifiste Ekaterina Dountsova écartée de la présidentielle

Kyiv ne veut pas de présidentielle russe dans les territoires ukrainiens occupés

Un avion de ligne russe s'écrase à vide près de Moscou, tuant les 3 membres de l'équipage