La crise politique polonaise s'approfondit

Le ministre polonais de la justice Adam Bodnar et la procureure du parquet européen Laura Codruta Kovesi, lors d'une conférence de presse à Varsovie le 29 janvier 2024.
Le ministre polonais de la justice Adam Bodnar et la procureure du parquet européen Laura Codruta Kovesi, lors d'une conférence de presse à Varsovie le 29 janvier 2024. Tous droits réservés Czarek Sokolowski/Copyright 2024 The AP.
Par Magdalena Chodownik
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La crise institutionnelle que traverse la Pologne depuis les élections législatives d'octobre dernier ne cesse de s'approfondir.

PUBLICITÉ

Le parti nationaliste Droit et Justice (PiS), au pouvoir jusqu'en 2023, dénonce les pratiques du nouveau gouvernement, mené par le Premier ministre pro-européen Donald Tusk.

Le gouvernement de coalition centriste au pouvoir depuis peu insiste vouloir rétablir l'Etat de droit et dépolitiser la justice, qui selon lui aurait été au service des intérêts du PiS lorsque le parti dirigeait le pays. 

"L'anarchie pure, la tyrannie et le totalitarisme commencent à s'installer en Europe", a dénoncé Arkadiusz Mularczyk, membre de Droit et Justice. 

Le président de l'assemblée polonaise Szymon Hołownia lui a répondu : "la Consitution vient d'entrer en vigueur". 

Grâce présidentielle pour deux membres du PiS

Le président polonais Andrzej Duda, allié du PiS, vient d'accorder pour la deuxième fois la grâce présidentielle à deux membres du parti, Mariusz Kaminski et Maciej Wasik. Ces derniers ont été condamnés pour abus de pouvoir pour des faits remontant à 2007, lorsqu'ils travaillaient au bureau anticorruption du pays. 

Leur arrestation avait finalement eu lieu il y a quelques semaines, après que les deux hommes eurent trouvé refuge au sein du palais présidentiel. 

L'événement avait cristallisé les désaccords profonds entre l'ancien gouvernement et le nouveau. Depuis, le PiS accuse la coalition gouvernementale de mettre en place les conditions d'un coup d'Etat.

Le gouvernement de Donald Tusk se défend : il ne ferait qu'utiliser les mécanismes législatifs mis en place par le PiS pour rétablir l'Etat de droit.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'opposition polonaise dans les rues contre le gouvernement libéral

La Pologne fragilisée par une crise politique et institutionnelle

Portraits de jeunes électeurs en Pologne, société profondément divisée