En Ukraine, les soldats interceptent des communications radio des Russes

a
a Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face à une armée russe plus puissante, les soldats ukrainiens tentent d’obtenir des renseignements en interceptant des communications radio de l’ennemi.

PUBLICITÉ

Perchés dans un arbre, deux soldats ukrainiens tentent d’installer une antenne. À court de munitions et surtout d’effectifs, leur armée a de plus en plus recours à une vielle tactique : obtenir des renseignements en interceptant des communications radio stratégiques sur le champ de bataille.

Les soldats tentent ainsi, de sauver des vies.

"La Russie a plus de soldats. Dans un cas comme dans l'autre, ils ont plus de gens ou plus de « viande » pour se précipiter vers l'avant. Nous n'avons pas beaucoup d'hommes et nous devons comprendre où les Russes vont attaquer ensuite, car nous avons besoin de nos troupes sur place”, explique 'Cherkess', commandant de l'unité de renseignement Bunnies of Cherkess.

Le nouveau chef de l'armée ukrainienne, le général Oleksandr Syrskyi, a souligné l'importance de cette guerre électronique.

"Il y a des informations sur l'arrivée de nouveaux véhicules (russes), sur l'arrivée de nouvelles munitions, de nouvelles stations-service, de nouveaux prisonniers sur la ligne de front. Si des prisonniers arrivent, nous savons que l'assaut aura lieu bientôt”, explique 'Mikhasss' membre de l'unité de renseignement Bunnies of Cherkess.

Les membres de cette unité de guerre électronique, dont la plupart sont des volontaires, ont conscience que les enjeux sont considérables, d'autant plus que les signes qui montrent que le soutien financier des alliés occidentaux est de moins en moins garanti se multiplient.

"Ces informations sont le seul moyen de gagner cette guerre. Les obusiers que les États-Unis nous ont donnés, les Storm Shadows ou autres roquettes que la France, la Grande-Bretagne et l'Allemagne nous ont fournies ne seront donc pas utiles s'ils ne savent pas où ils doivent frapper", explique 'Mayak', un autre membre de cette unité de renseignement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"L'erreur est que nous continuons de penser qu'un mois ou l’autre" la guerre en Ukraine sera finie

Ukraine : des frappes russes font trois morts à Selydove et douze blessés

Frappes mortelles russes sur le centre de l'Ukraine, Kyiv affirme avoir abattu un bombardier russe