L’Europe vers une stratégie industrielle de défense conjointe ?

Ursula von der Leyen lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, vendredi 16 février 2024.
Ursula von der Leyen lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, vendredi 16 février 2024. Tous droits réservés Matthias Schrader/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Matthias Schrader/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Ursula von der Leyen a annoncé que la Commission européenne présenterait une proposition dans trois semaines, lors de la Conférence de Munich sur la sécurité.

PUBLICITÉ

La Commission européenne présentera une proposition de stratégie industrielle de la défense dans trois semaines, a annoncé samedi la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, évoquant également l'ouverture d'un bureau d'innovation en matière de défense en Ukraine.

Cela doit inclure une augmentation globale des dépenses de défense et des mesures de passation de marchés communs, y compris des mesures visant à améliorer l'interopérabilité des systèmes de l'UE.

"Nous devons déjouer la Russie, a déclaré Ursula von der Leyen.Et vous voyez que l'Ukraine, où à juste titre chaque vie compte, devient très intelligente maintenant, par exemple, en prenant nos anciens systèmes d'armes et en les modernisant avec l'intelligence artificielle, pour être plus précis, pour être plus intelligents. C'est donc très fascinant de voir aussi le développement de la production de drones. Et c'est la raison pour laquelle nous intégrerons désormais l'Ukraine dans nos programmes de défense."

Ajoutant également : "L’Union européenne doit sans aucun doute renforcer sa base industrielle de défense. Et par conséquent, nous devons être bien meilleurs dans la production de défense. Si je devais être la prochaine présidente de la Commission, j'installerais un commissaire à la défense."

Interventions de Volodymyr Zelensky et Kamala Harris

Le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a averti samedi ses alliés qu'un "déficit artificiel" d'armes pour son pays risquait de donner un répit à la Russie, soulignant le besoin d'artillerie et d'armes à longue portée après le retrait des troupes ukrainiennes d'Avdiivka.

"Nous attendons juste des armes dont nous manquons", a-t-il ajouté, soulignant le manque d'armes à longue portée. "C'est pourquoi notre arme aujourd'hui, ce sont nos soldats, notre peuple."

Les alliés européens de l'Ukraine font pression sur le Congrès américain pour qu'il approuve un paquet qui comprend un aide à l'Ukraine de 60 milliards de dollars.

La vice-présidente américaine Kamala Harris a déclaré après avoir rencontré Volodymyr Zelensky que "c'est dans l'ordre stratégique" des États-Unis de poursuivre le soutien.

"L’histoire nous le montre : si nous permettons à un agresseur comme Poutine de s’approprier des terres en toute impunité, il continue. Les autres agresseurs potentiels s’enhardissent alors", a déclaré Kamal Harris.

Également lors de la conférence, le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré que le retard du Congrès avait entraîné l’abandon du flux d’armes et de munitions américaines, avec un impact direct sur la ligne de front.

"Chaque semaine d'attente signifie qu'il y aura davantage de personnes tuées sur la ligne de front en Ukraine", a-t-il déclaré.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ursula von der Leyen : "L'UE doit consolider son industrie de la défense"

Après les menaces de Donald Trump, l'Europe de la défense se fait toujours attendre

Paris - Berlin - Varsovie : Donald Tusk avocat de la Défense européenne