Ukraine : l’Allemagne embarrassée par la fuite d’une conversation secrète entre des officiers

Un avion de combat F-15K de l'armée de l'air sud-coréenne largue un missile Taurus lors d'un exercice, le mercredi 13 septembre 2017.
Un avion de combat F-15K de l'armée de l'air sud-coréenne largue un missile Taurus lors d'un exercice, le mercredi 13 septembre 2017. Tous droits réservés AP/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés AP/Copyright 2017 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L’Allemagne enquête après la fuite en Russie d’un enregistrement de ses officiers discutant de l’aide à l’Ukraine.

PUBLICITÉ

Les autorités allemandes ont déclaré samedi qu'elles enquêtaient après la publication en Russie d'un enregistrement audio dans lequel des officiers militaires allemands auraient discuté du soutien à l'Ukraine, y compris de l'utilisation potentielle des missiles Taurus.

Le chancelier allemand Olaf Scholz, qui était à Rome samedi, a qualifié cette affaire de "très grave" et a déclaré que les autorités allemandes travaillaient pour clarifier la question "avec beaucoup de soin, de manière très intensive et très rapidement". Ses commentaires ont été repris par l'agence de presse allemande DPA.

Dans cet enregistrement de 38 minutes, des officiers militaires allemands semblent discuter de la manière dont les missiles de croisière à longue portée Taurus pourraient être utilisés par l'Ukraine. Un débat a lieu en Allemagne sur l'opportunité de fournir ces missiles, alors que l'Ukraine fait face à des revers sur le champ de bataille après deux ans de guerre et que l'aide militaire des États-Unis est bloquée au Congrès.

Cette semaine, Olaf Scholz avait déclaré qu'il restait réticent à envoyer des missiles Taurus en Ukraine, soulignant un risque pour l'Allemagne de s'impliquer directement dans la guerre. Son hésitation est une source de frictions au sein de sa coalition tripartite et a également agacé l’opposition conservatrice allemande.

Le ministère allemand de la Défense a déclaré qu’il enquêtait pour savoir si les communications au sein de l’armée de l’air avaient été interceptées par la Russie. Dans un communiqué diffusé par DPA, il est indiqué : "Selon notre évaluation, une conversation au sein de l'armée de l'air a été interceptée. Nous ne pouvons actuellement pas dire avec certitude si des modifications ont été apportées à la version enregistrée ou écrite qui circule sur les réseaux sociaux."

Margarita Simonyan, rédactrice en chef de la chaîne de télévision publique russe RT, a publié l'audio sur les réseaux sociaux.

"Dans cet (...) enregistrement, des officiers supérieurs de la Bundeswehr discutent de la manière dont ils vont bombarder (attention !) le pont de Crimée", a-t-elle écrit sur l'application de messagerie Telegram, ajoutant que la conversation avait eu lieu le 19 février. Lors de cette conversation, a-t-elle déclaré, l'un des officiers a mentionné un voyage prévu en Ukraine le 21 février pour coordonner des frappes sur des cibles russes.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : accord de sécurité avec les Pays-Bas, frappes russes sur plusieurs régions

Moscou réagit aux propos d'Emmanuel Macron sur la perspective d'envoyer des troupes en Ukraine

Le chef de l'OTAN tempère les propos d'Emmanuel Macron sur l'envoi de troupes en Ukraine