Face à la répétition des attaques aériennes russes, Kyiv demande davantage de systèmes de défense

Des pompiers travaillent près du cratère sur le site après une attaque russe à Kyiv, Ukraine, jeudi 21 mars 2024.
Des pompiers travaillent près du cratère sur le site après une attaque russe à Kyiv, Ukraine, jeudi 21 mars 2024. Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Vadim Ghirda/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que Kharkiv a une nouvelle fois été frappée ce vendredi matin après la capitale Kyiv jeudi, le président Volodymyr Zelensky a lancé un nouvel appel à ses alliés pour obtenir davantage de systèmes de défense antiaériens.

PUBLICITÉ

Vendredi matin, une quinzaine de détonations ont raisonné dans la deuxième ville du pays située toute proche de la frontière avec la Russie. Des tirs de missiles qui semblaient viser le réseau électrique de la ville, ont provoqué des coupures partielles de courant.

Kharkiv avait déjà été bombardée mercredi en pleine journée. Une usine avait été touchée, faisait au moins quatre morts. Selon des sources ukrainiennes, l'usine fabriquait des meubles et des produits d'imprimerie. Moscou affirme au contraire qu'elle produisait des drones militaires et qu'un "groupe d'experts occidentaux" pourrait se trouver parmi les victimes.

A Kyiv, la défense antiaérienne est parvenue à abattre 31 missiles russes jeudi, tandis qu'une douzaine de civils ont été blessés dans la plus violente attaque subie par la capitale depuis début février.

Une nouvelle alerte aérienne a été déclenchée jeudi sur la moitié du territoire ukrainien, principalement dans les régions du sud et de l'est, avec la détection d'"essaims" de drones et de bombardiers lourds porteurs de missiles.

"Les systèmes de défense aérienne existants ne suffisent pas à protéger l'ensemble de notre territoire "

Les experts ukrainiens pensent que la récente pause dans les frappes aériennes était liée aux élections de Poutine en Russie, ainsi qu'au manque de munitions aériennes, et ils s'attendent à ce que les raids soient désormais plus fréquents. Jeudi, le président ukrainien a une nouvelle fois appelé ses alliés à fournir davantage de systèmes de défense aérienne.

"Toute la défense aérienne fournie à l'Ukraine, en particulier par les pays européens, permet à nos villes et à nos villages de rester en vie. Mais les systèmes de défense aérienne existants ne suffisent pas à protéger l'ensemble de notre territoire de la terreur russe. Il n'est pas question de centaines de systèmes, mais d'un nombre réalisable pour protéger l'ensemble du territoire ukrainien", a déclaré Volodymyr Zelensky dans une allocution vidéo. 

Jeudi, le président ukrainien accueillait à Kyiv la première délégation militaire de l'OTAN, représentée par l'amiral Robert Bauer, président du comité militaire de l'Alliance atlantique. Celui lui a exprimé sa solidarité avec l'Ukraine.

Bombarder lourdement l'Ukraine, stratégie assumée par la Russie

Jeudi, le ministre russe de la défense, Sergueï Choïgu, a visité une usine de munitions à Nijni Novgorod, à environ 400 km à l'est de Moscou, où il a supervisé la production de bombes aériennes, en particulier. À l'issue de la visite, il a été indiqué que la Russie augmentait considérablement la production de lourdes bombes FAB-3000, d'environ trois tonnes. D'autres modèles de 500 et 1500kg sont également concernées.

Toutes ces bombes appartiennent à la série dite "M-54", des bombes à chute libre ou "muettes" conçues dans les années 1950. Mais récemment, l'armée de l'air russe a équipé ces bombes d'un kit "ailes et guidage", ce qui les rend plus efficaces et leur permet d'être lancées de plus loin d'une cible.

Fortifications ukrainiennes

Dans le même temps, une éventuelle offensive terrestre russe n'est pas exclue. Dans la région de Kharkiv, à la frontière russe, d'importants travaux d'ingénierie sont en cours : des tranchées et des bunkers doivent constituer la deuxième et principale ligne de défense en cas d'avancée russe. 

Des ouvriers ukrainiens construisent la ligne de défense fortifiée dans la région de Kharkiv, en Ukraine, le jeudi 21 mars 2024.
Des ouvriers ukrainiens construisent la ligne de défense fortifiée dans la région de Kharkiv, en Ukraine, le jeudi 21 mars 2024.Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Région de Kharkiv, en Ukraine, le jeudi 21 mars 2024.
Région de Kharkiv, en Ukraine, le jeudi 21 mars 2024.Efrem Lukatsky/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Les travaux qui ont commencé fin février devraient s'achever dans un mois et demi. Dans cette zone un temps occupée par les forces russes et théâtre de violents combats, des travaux préliminaires de déminage minutieux sont nécessaires pour garantir la sécurité de la construction.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Ukraine, deux ans d'une guerre sans répit

Le groupe de Visegrad est divisé sur la question des armes à donner à l'Ukraine

Guerre en Ukraine : la situation, carte à l'appui, le 21 mars 2024