EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Gaza : une frappe israélienne tue deux palestiniens et blesse des civils et des journalistes

AP
AP Tous droits réservés AP
Tous droits réservés AP
Par Somaya Aqad, AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un camp de déplacés installé dans la cour d'un hôpital à été ciblé par l'armée israélienne.

PUBLICITÉ

Une frappe aérienne israélienne a touché un camp de tentes dans la cour d'un hôpital bondé du centre de Gaza dimanche, tuant deux Palestiniens et en blessant 15 autres, dont des journalistes travaillant à proximité.

Un journaliste de l'Associated Press a filmé la frappe et ses conséquences à l'hôpital des Martyrs d'Al-Aqsa à Deir al-Balah, où des milliers de personnes se sont réfugiées après avoir fui leurs maisons. Des personnes, dont des femmes et des enfants, se sont dispersées et ont poussé des cris.

L'armée israélienne a déclaré avoir frappé un centre de commandement du groupe militant du Jihad islamique et a affirmé que le fonctionnement de l'hôpital n'avait pas été affecté.

Des dizaines de milliers de personnes ont trouvé refuge dans les hôpitaux de Gaza depuis le début de la guerre il y a près de six mois, les considérant comme relativement à l'abri des frappes aériennes. Israël accuse le Hamas et d'autres militants d'opérer à l'intérieur et autour des installations médicales, et les troupes ont effectué des raids dans un certain nombre d'hôpitaux.

Les troupes israéliennes ont effectué des raids sur l'hôpital al-Chifa, le plus grand de Gaza, depuis près de deux semaines et affirment avoir livré de violents combats avec des militants à l'intérieur et autour de l'enceinte médicale. L'armée affirme avoir tué des dizaines de combattants, dont des membres importants du Hamas. Elle a déclaré dimanche qu'elle avait trouvé de nombreuses armes cachées dans l'enceinte de l'hôpital.

Une équipe internationale de médecins qui a récemment visité l'hôpital s'est déclarée horrifiée par l'impact de la guerre sur les enfants palestiniens

Les hôpitaux sont à la dérive

Seul un tiers des hôpitaux de Gaza fonctionnent même partiellement, alors que les frappes israéliennes tuent et blessent des dizaines de personnes chaque jour. Les médecins disent qu'ils sont souvent obligés de traiter les patients dans les étages des hôpitaux parce que tous les lits sont occupés, et d'opérer sans anesthésiques ni autres fournitures médicales essentielles.

Les blessés de l'attaque de dimanche étaient allongés sur le sol de l'hôpital des Martyrs d'Al-Aqsa et haletaient pendant qu'on les soignait, l'un d'eux s'agrippant à la partie inférieure d'un brancard où se trouvait quelqu'un d'autre.

Une équipe internationale de médecins qui a récemment visité l'hôpital s'est déclarée horrifiée par l'impact de la guerre sur les enfants palestiniens . Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, affirme qu'environ 9 000 patients doivent être évacués d'urgence à l'étranger pour recevoir des soins vitaux.

Non loin de l'hôpital al-Chifa, dans la ville de Gaza, des dizaines de chrétiens palestiniens se sont rassemblés à l'église de la Sainte-Famille pour célébrer Pâques, l'encens flottant dans le rare bâtiment qui semble avoir été épargné par la guerre. "Nous sommes ici avec tristesse", a déclaré Winnie Tarazi. Environ 600 personnes sont hébergées dans l'enceinte de l'église.

Opération la plus meurtrière

Israël a répondu à l'assaut par l'une des campagnes militaires les plus meurtrières et les plus destructrices de l'histoire récente, qui a poussé environ 80 % des 2,3 millions d'habitants de Gaza à quitter leur foyer. Plus de la moitié de la population se réfugie désormais dans la ville méridionale de Rafah, où Israël prévoit une offensive terrestre malgré les avertissements de catastrophe lancés par les alliés et les groupes humanitaires.

Les Nations unies et leurs partenaires ont averti que la famine pourrait survenir dans la partie nord de Gaza, dévastée et largement isolée, dès ce mois-ci.

Les responsables humanitaires affirment que les livraisons par voie maritime et aérienne ne sont pas suffisantes et qu'il faut Israël doit autoriser une aide beaucoup plus importante par la route. L'Egypte a déclaré que des milliers de camions attendaient. Le plus haut tribunal de l'ONU a ordonné à Israël d'ouvrir davantage de points de passage terrestres et de prendre d'autres mesures pour faire face à la crise.

Des livraisons insuffisantes

La directrice du Programme alimentaire mondial (PAM), Cindy McCain, a déclaré à CBS que le PAM n'avait pu faire entrer que neuf camions à Gaza jeudi, la veille de l'enregistrement de l'interview. "Ce n'est rien. Nous ne pouvons tout simplement pas continuer ainsi", a-t-elle déclaré, appelant à un accès illimité. "Sinon, les gens vont mourir, et c'est déjà le cas."

Le Ministère de la santé de Gaza a déclaré dimanche qu'au moins 32 782 Palestiniens ont été tués depuis le début de la guerre, dont 77 dont les corps ont été amenés dans les hôpitaux au cours des dernières 24 heures.

Le ministère ne fait pas de distinction entre les civils et les combattants, mais il a déclaré que les femmes et les enfants représentaient environ les deux tiers des personnes tuées.

Israël affirme que plus d'un tiers des morts sont des militants, bien qu'il n'ait pas fourni de preuves à l'appui, et il accuse le Hamas d'être responsable des pertes civiles parce que le groupe opère dans des zones résidentielles.

Les autorités sanitaires de Gaza ont à plusieurs reprises démenti les affirmations israéliennes selon lesquelles des militants opéraient dans les hôpitaux.

Depuis janvier, les États-Unis, le Qatar et l'Égypte tentent de négocier un nouveau cessez-le-feu et la libération des otages. Les pourparlers sur le cessez-le-feu ont repris au Caire dimanche, sans grand espoir de percée.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gaza : Benjamin Netanyahu veut négocier une nouvelle trêve avec le Hamas

La CIJ ordonne à Israël d'assurer une aide "de toute urgence" dans la bande de Gaza

Manifestation de juifs ultra-orthodoxes contre le recrutement militaire en Israël