PUBLICITÉ

Gaza : des corps exhumés dans la cour de l'hôpital Nasser de Khan Younès

Des Palestiniens marchent au milieu des destructions causées par une offensive aérienne et terrestre israélienne à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 avril 2024.
Des Palestiniens marchent au milieu des destructions causées par une offensive aérienne et terrestre israélienne à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 8 avril 2024. Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Fatima Shbair/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP, EBU
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Des dizaines de corps ont été exhumés dans la cour de l'hôpital, deux semaines après l'assaut mené par l’armée israélienne.

PUBLICITÉ

Aidés de Gazaouis, dont certains sont à la recherche de leurs proches disparus, des membres de la Défense civile de la bande de Gaza exhument des corps.

Des dizaines de cadavres auraient été découverts dans cette fosse commune, située dans la cour de l’hôpital Nasser à Khan Younès, dans le sud de l'enclave palestinienne. Une découverte macabre, qui intervient quelques semaines après l’assaut mené par l’armée israélienne dans cet hôpital. Accusé d’avoir exécuté ces civils, Tsahal a affirmé vérifier ces affirmations.

L’armée israélienne s’est retirée de Khan Younès le 7 avril, mais poursuit régulièrement ses raids sur Rafah, où se sont réfugiés plus d’1,5 million de personnes. À plusieurs reprises, les autorités ont affirmé vouloir lancer une offensive terrestre de grande ampleur dans cette ville, où seraient retenus certains otages.

De son côté, Benjamin Netanyahou a promis d’accentuer la pression militaire sur le Hamas.

"Nous ne nous relâcherons pas un instant dans la mission sacrée qui consiste à ramener nos otages. Malheureusement, toutes les propositions ont été rejetées par le Hamas", a déclaré le Premier ministre israélien.

À l’approche d’une importante fête juive, l’armée israélienne est sur le qui-vive et redouble d’efforts pour protéger les frontières du pays, notamment dans le nord, régulièrement visé par des tirs du Hezbollah, dans le sud du Liban.

"Nos forces de défense sont déployées le long des frontières de l'État d'Israël pour assurer la sécurité des citoyens. Même pendant les vacances, il faut être vigilant et se conformer aux directives de l'armée", a déclaré Daniel Hagari, le porte-parole de l'armée israélienne.

Plus de six mois après le début de la guerre, le gouvernement de Benjamin Netanyahou est sous pression pour libérer les dizaines d’otages toujours détenus par le Hamas dans la bande de Gaza. Pour continuer à alerter sur leur sort, des Israéliens manifestent régulièrement dans le pays.

En attendant, les négociations entre Israël et le Hamas pour obtenir leur libération, ainsi qu’un cessez-le-feu dans la bande de Gaza, sont au point mort.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Un rapport sur l'UNRWA indique qu'Israël n'a fourni aucune preuve de liens "terroristes"

Gaza : des frappes israéliennes sur Rafah font 22 morts dont 18 enfants

Une photo poignante de Gaza remporte le prix de la photo de presse mondiale 2024