PUBLICITÉ

Un rapport sur l'UNRWA indique qu'Israël n'a fourni aucune preuve de liens "terroristes"

L'aide humanitaire est larguée aux Palestiniens au-dessus de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 25 mars 2024.
L'aide humanitaire est larguée aux Palestiniens au-dessus de la ville de Gaza, dans la bande de Gaza, le 25 mars 2024. Tous droits réservés Mahmoud Essa/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Mahmoud Essa/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
Cet article a été initialement publié en anglais

Israël a vivement critiqué ce rapport et compare l'UNRWA à un "arbre pourri et vénéneux".

PUBLICITÉ

C’est un document qui vient réfuter les accusations graves portées par Israël contre l’UNRWA, l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens. Selon un rapport d’experts mandatés par l’ONU, et dirigé par l’ancienne ministre française des Affaires Etrangères Catherine Colonna, le travail de l'UNRWA serait “indispensable”.

Le texte souligne cependant des “problèmes de neutralité” concernant par exemple certains employés de l’agence, qui n’hésitent pas à exprimer publiquement leur opinion politique. Mais surtout, selon le document, il n’existe aucune preuve que des membres de l’UNRWA auraient des liens avec des organisations terroristes, contrairement à ce qu’affirme le gouvernement israélien.

"Un partage régulier de la liste des employés numérisée avec quelques détails sur les employés avec les pays d'accueil et avec Israël. Cela fonctionne bien dans certains pays, moins avec Israël. Au cours des dernières années, cela aurait pu être mieux, mais ces derniers temps, la situation est perturbée par l'atmosphère mondiale", a déclaré Catherine Colonna, cheffe du groupe indépendant chargé d’évaluer l'UNRWA.

Selon Israël, qui a vivement critiqué ce rapport, le document "ignore la gravité du problème". Depuis janvier, le gouvernement de Benjamin Netanyahou accuse l’agence onusienne d’employer plus de 400 membres d’organisations terroristes. Certains auraient même participé, selon Israël, à l’attaque du Hamas du 7 octobre.

Des accusations, sans preuves, qui auraient poussé une dizaine de pays à suspendre leur aide à l’UNRWA. Depuis, certains, comme la Suède ou le Canada, sont revenus sur leur décision. Mais les Etats-Unis, principal donateur, n'ont toujours pas repris leur aide, malgré les appels répétés de l’ONU. Et malgré une situation humanitaire catastrophique dans la bande de Gaza après plus de six mois de guerre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Destruction de Gaza : pire que les villes allemandes durant la Seconde Guerre mondiale (Borrell)

Gaza : des corps exhumés dans la cour de l'hôpital Nasser de Khan Younès

Gaza : des frappes israéliennes sur Rafah font 22 morts dont 18 enfants