PUBLICITÉ

Gaza : la crise alimentaire s'aggrave, menace de « famine généralisée »

Le nord de Gaza désormais plongé dans une « famine totale »
Le nord de Gaza désormais plongé dans une « famine totale » Tous droits réservés John Minchillo/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés John Minchillo/Copyright 2021 The AP. All rights reserved.
Par Melis Ozoglueuronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Palestiniens de la bande de Gaza déchirée par la guerre souffrent de graves pénuries alimentaires, obligeant certaines familles à rationner la nourriture et à sauter des repas pour survivre.

PUBLICITÉ

Depuis le début de la guerre d'Israël contre le Hamas après une incursion meurtrière du mouvement islamiste, il y a près de sept mois, le nombre de camions transportant de l'aide vers la bande de Gaza a diminué, surtout dans le nord de la région côtière.

Certains habitants de Gaza se sont plaints de ne pas avoir de légumes depuis des semaines et de devoir rationner la nourriture qu'ils reçoivent des œuvres caritatives. Beaucoup de familles mangent un seul repas par jour pour survivre en raison des pénuries alimentaires.

Les responsables de l'ONU mettent en garde contre une « famine généralisée » à Gaza

Vendredi, un haut responsable de l’ONU a déclaré que le nord de Gaza, durement touché, était désormais plongé dans une « famine totale » au milieu de sévères restrictions israéliennes sur les livraisons de nourriture vers le territoire palestinien.

Cindy McCain, la directrice américaine du Programme alimentaire mondial des Nations Unies, est devenue jusqu'à présent la plus éminente responsable internationale à déclarer que les civils piégés dans la partie la plus isolée de Gaza étaient au bord de la famine.

"C'est une horreur", a déclaré McCain à l'émission "Meet the Press" de NBC dans une interview diffusée dimanche.

« Il y a une famine – une famine à part entière – dans le nord, et elle se déplace vers le sud. »

Elle a déclaré qu'un cessez-le-feu et un flux d'aide considérablement accru par les routes terrestres et maritimes étaient essentiels pour faire face à la catastrophe humanitaire croissante à Gaza, où vivent 2,3 millions de personnes.

Il n’y a eu aucun commentaire immédiat de la part d’Israël, qui contrôle l’entrée à Gaza et affirme qu’il commence à autoriser davantage de nourriture et d’autres aides humanitaires via les points de passage terrestres.

Aucune aide pour éviter la famine

Le panel qui sert d’observateur internationalement reconnu des crises alimentaires a déclaré en mars que le nord de Gaza était au bord de la famine et qu’il la connaîtrait probablement en mai.

Depuis mars, le nord de Gaza n’a reçu aucune aide comparable à celle nécessaire pour éviter la famine, a déclaré à l’Associated Press un responsable humanitaire de l’Agence américaine pour le développement international pour Gaza. La prochaine mise à jour du panel n’interviendra pas avant cet été.

La guerre entre Israël et le Hamas a éclaté le 7 octobre, lorsque des militants du mouvement islamiste ont attaqué le sud d'Israël, tuant 1 200 personnes et en prenant 250 en otages.

Israël a depuis lancé une attaque aérienne et terrestre sur la bande de Gaza, tuant plus de 34 600 personnes et blessant presque 78 000 ainsi que provoquant de vastes destructions.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

À Gaza, 1,1 million de personnes menacées de famine, selon le PAM

Gaza : des frappes israéliennes font au moins 15 morts tandis que la famine s'accentue

L'ONU alerte sur le risque de famine dans la bande de Gaza