EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Pétrole : l'échec de Doha plombe les cours

Pétrole : l'échec de Doha plombe les cours
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AFP, Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En l'absence de l'Iran, les 18 pays exportateurs réunis au Qatar ne sont pas parvenus à s'entendre sur un gel de leur production à ses niveaux de janvier.

PUBLICITÉ

Les cours du pétrole sont repartis à la baisse ce lundi, plombés par l‘échec de la réunion de Doha. Six heures de négociations n’auront pas suffi aux 18 pays exportateurs OPEP et non OPEP, représentés au Qatar, pour trouver un accord sur un gel de leur production aux niveaux de janvier. Une entente de principe avait été trouvée en janvier entre la Russie, l’Arabie Saoudite, le Qatar et le Venezuela. Aucune date n’a été fixée pour une nouvelle réunion.

Les fondamentaux sont en train de s’améliorer et les cours du brut vont dans la bonne direction. Combien de tant va durer ce rééquilibrage ? Cela reste à voir. Mais la tendance est positive,
a expliqué le ministre qatari de l’Energie, Mohammed ben Saleh al-Sada. Selon lui, les participants veulent se donner plus de temps, pour voir si une intervention est vraiment nécessaire.

La perspective d’un accord à Doha avait permis aux cours du brut, passés sous les 30 dollars en janvier, de rebondir à 45 dollars. Mais le boycott de la réunion par l’Iran a braqué l’Arabie saoudite et douché les espoirs dimanche.

Iran urges oil producers to continue talks on an output freeze to prop up crude prices. #OPEC#OilFreeze#oilpricehttps://t.co/MtwoMx8R8a

— Euronews Business (@euronewsbiz) 18 avril 2016

A Londres, le Brent évoluait sous les 42 dollars ce lundi.

Notre correspondante à Doha, Maha Barada, explique que “la déception liée à l‘échec de la réunion de Doha vient accroître l’incertitude sur les marchés financiers. Les cours du pétrole, qui s‘étaient ressaisis ces derniers jours, dopés par les spéculations sur un gel global des niveaux de production, risquent d’en faire les frais pendant un certain temps.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pourquoi l'Iran a boycotté la réunion de Doha

Cours du brut : retour à l'équilibre au deuxième semestre

Les Etats de l'UE jouent des coudes pour attirer les constructeurs chinois de véhicules électriques