Allemagne : la BCE devant la Cour constitutionnelle

Allemagne : la BCE devant la Cour constitutionnelle
Par Anne Glémarec avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La plus haute juridiction d'Allemagne a été saisie par un collectif d'universitaires et de chefs d'entreprise pour statuer sur la légalité des rachats de dettes publiques et privées par la BCE.

PUBLICITÉ

La Cour constitutionnelle de Karlsruhe, plus haute juridiction d’Allemagne, confirme avoir été saisie d’une nouvelle plainte contre la politique monétaire de la Banque centrale européenne.

Déposée par un collectif d’universitaires et de chefs d’entreprise, elle accuse la BCE d’outrepasser son mandat en rachetant massivement la dette des Etats et bientôt celle des entreprises, dans le cadre de son programme d’assouplissement quantitatif.

Cette plainte laisse cependant les experts dubitatifs. “La plainte contre le rachat de dette souveraine avait de plus grandes chances d’aboutir à mon sens,“ commente Christian Odendahl, chef économiste au Centre for European Reform, “mais elle a été rejetée. La Cour européenne de justice a estimé qu’elle relevait du mandat de la BCE. Donc le rachat d’actifs privés relève clairement du mandat de la BCE.

Le Président de la BCE est la cible d’attaques virulentes en Allemagne, où sa politique de taux plancher nuit aux nombreux épargnants et aux retraités modestes.

Ce mardi, Mario Draghi a reçu le soutien inespéré du président de la Bundesbank. Dans une interview accordée à plusieurs journaux européens, Jens Weidmann défend l’indépendance de la BCE et son objectif d’inflation proche de, mais inférieur à 2%, au fondement de la politique monétaire européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations