Le Nobel d'économie à Hart et Holmström, théoriciens du contrat

Le Nobel d'économie à Hart et Holmström, théoriciens du contrat
Par Anne Glémarec
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les travaux des économistes américains originaires de Grande-Bretagne et de Finlande trouvent de multiples applications, des assurances au droit constitutionnel.

PUBLICITÉ

Le prix Nobel d‘économie a été décerné ce lundi à l’Américano-Britannique Oliver Hart et au Finlandais Bengt Holmström pour leurs travaux sur ce qui acte la confiance entre deux parties : les contrats.

De la rémunération des dirigeants au droit constitutionnel, leur théorie du contrat s’applique à tout un éventail de domaines.

Les contrats sont centraux pour amener les gens à coopérer,“ explique Per Strömberg, membre du comité Nobel. “Pour que deux personnes ou deux entreprises coopèrent, il faut s’assurer qu’elles travaillent dans la même direction. La théorie du contrat explique comment y parvenir.

Né en 1949 à Helsinki, Bengt Holmström a obtenu un doctorat à l’université californienne de Stanford et enseigne au Massachusetts Institute of Technology.

“Oliver Hart, I’m so glad that I won it with him, he’s my closest friend here.”
Bengt Holmström in interview today #NobelPrize

— The Nobel Prize (@NobelPrize) 10 octobre 2016

Il partagera les 827.000 euros du prix Nobel avec son aîné d’un an, Oliver Hart, qui a lui décroché son doctorat à Princeton et enseigne actuellement à Harvard.

”I woke at about 4:40 … wondering whether it was getting too late for it to be this year…” Oliver Hart today: https://t.co/iYLEE2Gvgd

— The Nobel Prize (@NobelPrize) 10 octobre 2016

Avec AFP

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Où la classe moyenne paie-t-elle les impôts les plus élevés et les plus bas en Europe ?

Les milléniaux, en passe de devenir la génération la plus riche de l'histoire

L'inflation a poursuivi son reflux dans la zone euro en février, revenant à 2,6% sur un an