EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La croissance britannique se rit du Brexit

La croissance britannique se rit du Brexit
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le PIB britannique a augmenté de 0,6% au quatrième trimestre 2016, mieux que prévu. Sur l'année, le Royaume-Uni fait mieux que l'Allemagne.

PUBLICITÉ

L‘économie britannique continue de déjouer les pronostics. Son produit intérieur brut a augmenté de 0,6% au quatrième trimestre 2016, plus que prévu, ce qui porte la croissance sur l’ensemble de l’année à 2% – mieux que l’Allemagne (1,9% en 2016). En 2015, le Royaume-Uni avait enregistré une croissance de 2,2%.

0.6% rise in #GDP in Q4 2016, with growth dominated by the service sector https://t.co/B1ssP0gbL3

— ONS (@ONS) 26 janvier 2017

Dans un tweet, le ministre des finances, Philip Hammond a salué la capacité de résistance de l‘économie britannique à l’approche d’une période d’incertitude, liée à la sortie de l’Union européenne.

And here's my reaction to this morning's ONS</a> GDP figures <a href="https://t.co/ycQHgiPZdt">pic.twitter.com/ycQHgiPZdt</a></p>&mdash; Philip Hammond (PHammondMP) 26 janvier 2017

Ces chiffres ont permis à la livre sterling d’atteindre son plus haut niveau en trois semaines face à l’euro. Mais sa dépréciation depuis le vote de juin commence à se sentir sur les prix et menace la consommation des ménages, moteur de la croissance britannique.

UK services grew 0.8% on the quarter in Q4-16 and retail trade was the largest contributor https://t.co/huH5bWoWB3pic.twitter.com/usPa9mfAYL

— James Wells (@ONS_BizPrices) 26 janvier 2017

C’est ce qui conduit d’ailleurs la Banque d’Angleterre à anticiper un ralentissement de la croissance à 1,7% cette année.

Le danger pour l‘économie britannique, c’est sa forte dépendance aux services qui ont enregistré une croissance de 3% en 2016. Ce secteur est considéré comme le plus vulnérable au Brexit, services financiers en tête.

Pour corriger ce déséquilibre, le gouvernement May a lancé cette semaine une stratégie interventionniste pour réindustrialiser le pays, à coups d’investissements concrets, avec pour priorité l’innovation technologique et l‘éducation.

Avec Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage