L'Europe face à la pénurie de main-d'œuvre

En partenariat avec The European Commission
L'Europe face à la pénurie de main-d'œuvre
Tous droits réservés euronews
Par Fanny Gauret
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que partout en Europe, les entreprises manquent de main-d'œuvre, la transition numérique et verte rend ce problème encore plus urgent. Comment y répondre ? Cet épisode de Real Economy vous donne les pistes.

Nous commençons notre voyage en Slovénie, un pays à l'économie dynamique et connectée, où les métiers liés à l’informatique sont parmi les plus demandés.

À Ljubljana, la capitale, Rok Zajc dirige l'agence de marketing digital Bold Group et a beaucoup de mal à recruter certains profils, en particulier les plus expérimentés : "Nous cherchons des designers, des spécialistes du marketing basé sur la performance, des développeurs de logiciels et des concepteurs, détaille-t-il. Mais il faut beaucoup de motivation personnelle et le suivi de différents cours pour arriver au niveau des emplois que nous proposons !"

Le CEO ajoute que face à un marché européen voire mondial, la Slovénie ne parvient pas à proposer des salaires suffisamment attractifs.

20 millions de travailleurs des TIC d'ici 2030

Pour atteindre son objectif de 20 millions de professionnels des technologies de l'information et de la communication (TIC) d'ici 2030, l'Union Européenne estime qu’il manque encore 11 millions de travailleurs.

Comment expliquer la pénurie de main-d'œuvre en Europe ?

La Ministre slovène de la Transformation Numérique, Emilija Stojmenova Duh, insiste sur la nécessaire adaptation du système éducatif. "Mais c’est un défi à long terme, nuance-t-elle_. Ce que les gouvernements peuvent et doivent faire,_c'est mettre à niveau la main-d'œuvre existante, pour s'assurer qu'elle acquiert les compétences nécessaires. Ainsi, l'année dernière, en Slovénie, environ 30 000 citoyens ont pu suivre des cours gratuits. Pour notre pays et ses deux millions d'habitants, c'est vraiment beaucoup !"

La Commission européenne a pour ambition d'adapter les compétences des travailleurs à la demande du marché. En effet, dans l'industrie, 22 % des employeurs déclarent ne pas pouvoir trouver les travailleurs dont ils ont besoin. Ils sont 28 % dans le secteur de la construction et 30 % dans les services. C'est pourquoi l'Union européenne prend des mesures pour :

  • adapter et améliorer les compétences des travailleurs
  • faciliter la mobilité des travailleurs au sein de l'Union
  • renforcer la reconnaissance des qualifications acquises en dehors de l'Union, pour attirer du personnel de pays plus lointains

Au sommet de Val Duchesse (Belgique), consacré au dialogue social européen, au début du mois de février, la Commission européenne s'est engagée à présenter au printemps 2024 un plan contre la pénurie de main-d'œuvre. 

Des compétences numériques dans la métallurgie

De l'autre côté de l'Europe, au Portugal, la métallurgie constitue un secteur très en demande de compétences techniques. D'ailleurs, les opérateurs de machines pour le travail des métaux font partie des professions les plus demandées dans l'Union, comme les ouvriers du bâtiment, les professionnels de la santé, les chauffeurs de poids-lourds, les cuisiniers ou les développeurs de logiciels.

"De plus en plus, les gens finissent par préférer un autre type d'activité, regrette Nuno Teixeira, PDG du groupe métallurgique Alsil à Lisbonne. Pourtant c'est une idée dépassée que de penser que c'est un secteur très exigeant, lourd en termes de travail." Avec la digitalisation et la robotique, ce secteur a connu une évolution importante. Nuno essaie donc d’attirer les talents du Portugal ou des pays lusophones.

Le CENFIM, un centre de formation public et privé soutenu par le Fonds Social Européen Plus, permet de répondre en partie à la demande de travailleurs qualifiés. Les exportations portugaises dans ce secteur représentent environ 23 milliards d'euros par an, les enjeux sont donc importants. 

Le monde change. Nous devons acquérir de nouvelles compétences. Il faut vraiment envisager l'apprentissage tout au long de la vie
Emilija Stojmenova Duh
Ministre slovène de la Transformation Digitale

La métallurgie est la preuve que les compétences numériques sont nécessaires dans tous les secteurs. Emilija Stojmenova Duh, la Ministre slovène de la Transformation Digitale, insiste sur ce point :  "Il est très important que le public et le privé collaborent vraiment et que les entreprises participent en investissant elles aussi dans leur main-d'œuvre. Enfin, n'oublions pas que c'est à chacun d’entre nous qu'il incombe de prendre conscience qu'une fois que l'on a terminé le lycée ou l’université, cela n'est pas suffisant ! Le monde change. Nous devons acquérir de nouvelles compétences. Il faut vraiment envisager l'apprentissage tout au long de la vie."

Grâce à son “_Pacte pour les Compétences_”, la Commission Européenne estime que près de 2 millions de travailleurs à ce jour ont pu augmenter leurs compétences ou se requalifier.

Journaliste • Fanny Gauret

Partager cet article

À découvrir également

Où, en Europe, les impôts sont-ils les plus élevés et les plus bas ?